affiche_copie

LE QUOTIDIEN
Edition du Mardi 2 mai 2006
CINEMA - Festival Vues d’Afrique : Joseph Gaï Ramaka primé à Montréal

Montréal - C’est avec beaucoup d’émotion et d’étonnement que le cinéaste sénégalais a reçu son Prix. Il faut dire que ce sacre avait de quoi le surprendre. Arrivé le dernier jour du festival avec son film sous le bras, Joseph Gaï Ramaka a en effet complètement changé la donne dans la section documentaire. Après la projection de son film, les jurés ont dû revoir leurs délibérations déjà effectuées quelques heures auparavant.
« Et si Latif avait raison ! » avait raison partage finalement le Prix du « Meilleur documentaire » avec Homeland de Jacqueline Kalimunda du Rwanda qui avait déjà reçu les faveurs du jury.

En remettant le Prix à Joseph Gaï, les jurés ont donc salué «un film essentiel, un film qui démontre que le cinéma documentaire peut être un outil démocratique. La pertinence, la qualité et l’analyse des intervenants contribuent à une meilleure connaissance des enjeux socio-politiques du Sénégal. Des images d’archives bien choisies et convaincantes, une signature cinématographique originale révèlent la maturité d’un cinéaste courageux».

Même si ce succès international ne devrait pas faciliter la diffusion du film au Sénégal, de l’aveu même du réalisateur, Joseph Gaï pense cependant que l’obtention de ce Prix enverra un signal clair à l’actuel pouvoir sénégalais. «Ce Prix incitera les faucons (du pouvoir sénégalais, Ndlr) à faire un peu plus attention et à se rendre compte que je ne suis plus seul et qu’il y a toute une communauté qui soutient le travail que j’ai présenté», lance le réalisateur.

Dans les jours qui viennent, Joseph Gaï Ramaka, continue sa tournée des rendez-vous cinématographiques, notamment aux Etats-Unis d’Amérique où le film a déjà connu un immense succès au Festival de New-York, il y a une semaine. Au même moment à Montréal, des groupes s’organisent déjà pour que le film soit le plus largement diffusé dans la communauté sénégalaise du Canada.

Et si Latif avait raison est un documentaire inspiré du livre de Abdou Latif Coulibaly, Wade un opposant au pouvoir, l’alternance piégée ! Posant la problématique de la gouvernance démocratique du régime du Président Wade, le film est dédié à Me Babacar Sèye, vice-président du Conseil constitutionnel sénégalais, assassiné le 15 mai 1993 et aux victimes du naufrage du bateau Le Joola, intervenu le 26 septembre 2002.

Par Oumy NDOUR - Correspondance particulière –
http://www.lequotidien.sn/archives/article.cfm?article_id=34668&index_edition=1003