PROJECTION DU FILM SUR LE PLAN JAJAAY

Le premier volet du film sur le plan jaxaay du cinéaste Joseph Gaï Ramaka a été projeté samedi dernier au domicile d'Amath Dansokho, learder du P.I.T. Les menbres de la coalition SIGGIL SENEGAL, la société civile, les journalistes et quelques habitants du quartier Médina Gounas, où le film a été tourné le 26 et 27 février derniers, soit deux jours après la réélection de Me Wade, ont assisté à cette projection.


PLAN_JAXAAY____invitation_

Le Plan Jaxxay a, sans nul doute, couté cher au contribuable sénégalais. A cause des inondations survenues en août 2005, l'Etat du Sénégal, sur instruction du président de la république, Me Abdoulaye Wade, a décaissé 52 milliards de francs Cfa pour, dit-il, reloger les sinistrés. Qu'en est-il exactement ? C'est à cette question que le réalisateur Joseph Gaï Ramaka a apporté des éléments de réponses.
Quelle émotion ! Le film met en évidence les aspects essentiels de la catastrophe. En regardant ce film documentaire de 30 mn, on a l'impression d'être dans un camp deréfugiès. Les ordures, les immondices, les eaux usées et polluées, les maisons démmolies ... constituuent le decor. Une véritable menace pour la santé publique. En plus, Medina Gounas est privé d'infrastructures sanitaires. Les femmes font chaque jour 2 kilomètres   pour s'approvisionner en eau potable. Au crépuscule, aux aboiements des chiens s'ajoutes "le show" des moustiques. La précarité de leur condition de vie est sans pareille. Leur misère se mesure à leur détresse. Ils se battent pour survivre. Le Plan Jaxaay, un montage qui a accouché d'une souris.
Pourtant, selon Amath Dansokho, "en 2000, il y avait un plan de restructuration de la banlieue dakaroise et le projet était financé à 7 milliards de francs Cfa par la coopération Allemande, mais c'est Wade qui a refusé l'éxécution des travaux" Par conséquent, pour le leader du Pit, "Wade est le seul responsable de la misère de ces sinistrés. En plus il a détourné les 47 milliards à d'autres fin, car même les entrepreneurs ne sont pas encore payés" Pire, selon Dansokho, les maisons sont toujours démolies, sans indemnisations.
Au départ le gouvernement avait promis la gratuité des nouveaux logements, mais en réalité chaque maison revient aux pauvres goorgolus à 6,5 millions de Francs Cfa.
Par ailleurs, Aly Haïdar, écologiste et leader politique dans l'opposition, propose une solidarité natinale pour ces sinistrés. Aussi l'opposition comptes-t-elle diffuser ce documentaire à Médina Gouna et environs pour davantage sensibilser les populations. Mieux, un Cd de ce film sera remis à tous les chefs religieux, ainsi qu'à toutes les représentations diplomatiques pour alerter l'opinion nationale et internationale.


Maké DANGNKHO