Liberté 1 - L'Observatoire Audiovisuel sur les Libertés

21 décembre 2010

une femme se faire fouetter par des policiers en public, pour avoir osé mettre un pantalon

« Non à l’oppression des femmes »

Une vidéo tournée au SAODAN qui circule depuis mercredi sur internet  
On y voit une femme se faire fouetter par des policiers en public, pour avoir osé mettre un pantalon. L’association « Non à l’oppression des femmes » milite pour l’abrogation de cette peine.
Cette vidéo en a choqué plus d’un.

<iframe title="YouTube video player" class="youtube-player" type="text/html" width="960" height="750" src="http://www.youtube.com/embed/EVXRuAaCVlY" frameborder="0"></iframe>

Posté par ramaka à 05:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2009

Et si Latif avait raison ! Extrait Video sur l'assasinat de Maitre Seyewollof et Français

Et si - Wollof - EXTRAIT
Vidéo envoyée par ramaka

Web Sénégal - Devoir de Mémoire - Un extrait du film "Et si Latif avait raison !" , sur l'assassinat de Me Babacar Sèye

Posté par ramaka à 21:45 - Commentaires [9] - Permalien [#]

04 mai 2009

In a Senegalese Slum, a Building Material Both Primitive and Perilous

safe_image
Olivier Asselin for The New York Times

Trash lies everywhere in the fields, lots and buildings where children play in a Guédiawaye neighborhood. Residents buy refuse to build up low-lying areas that are prone to flooding in rainy season.

nytlogo379x64

By ADAM NOSSITER
Published: May 2, 2009

GUÉDIAWAYE, Senegal — Aba Dione, 7 years old, met his end six weeks ago in the trash-filled corner of an abandoned dwelling here, as good a place to play as any, it seemed, when the other options were garbage and more garbage.

The New York Times
Water lingers for months in Médina Gounass’s dirt streets.
Except that in this case the thick carpet of crushed plastic bottles and bags, clothing shreds, old flip-flops and muck was deceptively floating on several feet of water; unknowing, Aba fell in and drowned.

Garbage might have seemed safe to the boy because it is everywhere in this forlorn, dun-colored slum abutting Dakar, the capital. Delivered on order for a few pennies a load by rickety horse-drawn carts speeding through the dirt streets of the Médina Gounass neighborhood of Guédiawaye, it is as pervasive as the hot midday sun in which it bakes. The people use it to shore up their flood-prone houses and streets in this low-lying area near the Atlantic coast; they have no choice.

Garbage, packed down tight and then covered with a thin layer of sand, is used to raise the floors of houses that flood regularly in the brief but intense summer rainy season, and it is packed into the dusty streets that otherwise become canals. The water lingers for months in the low-lying terrain of this bone-dry country.

Garbage is a surrogate building material, a critical filler to deal with the stagnant water — cheap, instantly accessible and never diminishing. The plastic-laden spillover from these foul-smelling deliveries pokes up through the sandy lots, covers the ground between the crumbling cinder-block houses, becomes grazing ground for goats, playground for barefoot, runny-nosed children and breeding ground for swarms of flies. Disease flourishes here, aid groups say: cholera, malaria, yellow fever and tuberculosis.

Ten miles away in the capital, piles of refuse are merely an intermittent feature of the dusty cityscape. Garbage in Dakar is dumped under tattered signs warning “Dump no garbage,” and trash fires burn all night in neighborhoods by the beaches. Torn black plastic bags festoon Dakar’s shrubbery, trees and fences in a metropolis of often do-it-yourself services.

But here in Médina Gounass, the unrestrained garbage tide finds its apotheosis.

“It’s not the best way,” said Pape Yabandao, a mason who was working on the walls of a house here. “But what can we do?”

Garbage had been an indispensable building tool for him, too.

Why?

“I don’t have the means,” he said. “If you don’t have other solutions, and if everybody here uses garbage, you have to, too. There’s water in the house and in the rooms.” As he spoke, a garbage cart charged up a street in the distance to deliver its load.

“It’s a problem of money,” said Zale Fall, standing nearby. “The people who live here don’t have the means for sand or rubble, so they are obliged to call the cart-drivers for filler. It’s for our children’s sake. Better to have illnesses than death.”

Ami Camara, Aba’s mother, was not the first to lose a child to the hidden bogs of Médina Gounass. Hanging her head in the courtyard of a four-room shanty where she and 15 family members live, she quietly recalled bathing her young son after lunch and sending him out to play. Then his friends found his shoes, and his body.

“Everything that happens is the will of God,” said the boy’s grandmother, Yaline Ndaye. “We can’t do anything about it.” She turned away.

Mrs. Camara’s four remaining children were playing in a corner. Almost cater-corner was another darkened, abandoned house filled with water and garbage, nearly to the roof.

Local officials accept this near-worst-of-several-worlds with almost the same fatalism. “We wanted to stop this, because it is risky,” said Amadou Gaye, deputy mayor for Médina Gounass, which has a population of around 85,000. “But the people are too poor. If these areas are filled in, there’s less risk.”

One risk quickly replaces another, however. Living in garbage — eating, washing and playing in it — “has harmful consequences,” said Abdou Karim Fall, of the antipoverty development agency Enda — Tiers Monde, which is based in Dakar.

“All the diseases come with it,” he said, “and they are so far advanced in these neighborhoods. Children are the most exposed. People live all year long right up against stagnant water and garbage.”

In an upside-down world where garbage is sought for and dumped among homes, not removed, “people have no alternatives; they are left to themselves; they can only count on themselves,” said Joseph Gaï Ramaka, a leading Senegalese filmmaker, who made a documentary about an incomplete government effort, the Plan Jaxaay, to build modern housing for people in vulnerable neighborhoods.

“These are people who are proud of being clean,” said Mr. Ramaka, who now lives in New Orleans. “When they have to buy garbage, it’s because they don’t have any choice. The garbage, at least, allows them to sleep with their feet out of the water, and in their own house.”

The practice has persisted for years. Médina Gounass was first settled in the early 1960s by rural people flocking to the city’s outskirts, people who were not “educated in the culture of trash disposal,” said Fatou Sarr, a socioanthropologist at the Cheikh Anta Diop University in Dakar, who has written about the area. Blessed by a marabout, or Muslim holy man, the territory attracted more settlers in the 1970s during a period of great national drought, when the problems of flooding seemed nonexistent.

Over the years, layer after layer of garbage was added, sometimes as much as 13 feet, to keep floors above the floodwaters, said Mansour Ndoye, an official at the Ministry of Urban Affairs, Lodging and Construction who helps run the Plan Jaxaay.

“These are people of extremely low income,” he said. “They put down garbage, and they built on top of it. And they are still putting down garbage, in order to live.”

Back in Médina Gounass, Mr. Gaye, the deputy mayor, poked one of the deceptive bogs with his foot. “You see, it’s not filled in here,” he said. “If someone fell in, it would be all over for them.”

By ADAM NOSSITER
Published: May 2, 2009

nytlogo379x64


Posté par ramaka à 17:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 septembre 2008

Sometimes In April (BA)

Sometimes In April (BA)
Video sent by peace4all

http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=4516 Sometimes in April se démarque nettement des autres fictions réalisées sur le génocide rwandais (100 Days, Hotel Rwanda, Shooting Dogs) par sa volonté d'entrer dans la complexité. Les autres films basaient leur récit sur des héros ayant essayé de parer à l'horreur à la faveur de reconstitutions basées sur des "faits réels", n'entraînant le spectateur que dans le sentimentalisme de l'effroi et de la désespérance pour finalement déboucher sur une rassurante happy-end affirmant la nécessité de l'humanité. Peck, au contraire, s'inspire de la réalité pour la transposer dans les différentes strates d'un scénario construit de toutes pièces. Il n'y a pas les bonnes victimes et les méchants génocidaires mais à travers la relation de deux frères aux choix opposés, Augustin et Honoré, la complexité d'un pays qui a dérivé. Démarrant le film sur un rappel historique et sur des images coloniales, Peck ancre délibérément le génocide dans un processus historique où la colonisation n'a pas apporté la civilisation mais une discorde à la source des drames contemporains. Faisant d'Augustin un instituteur et le plaçant face à sa classe qui se pose la question dix ans après de savoir comment leurs parents ont pu en arriver là, il fait de la question de la mémoire le moteur d'une réflexion à vocation pédagogique. La fiction n'est là que pour donner corps au récit, évoquer les ressentis, rendre compte des différents vécus, transmettre les traces laissées par la tragédie. Le passé et le présent s'imbriquent par un jeu de flash-back sur 94 et d'actualité du processus de justice, du tribunal international d'Arusha aux gacaca, les tribunaux populaires. Certes, la mémoire est douloureuse et difficile à saisir. Ce sont des pleurs à travers une cloison d'hôtel, Augustin qui peine à revoir son frère… Mais elle est possible si l'on veut bien revenir aux faits : la justice tient un grand rôle car elle est le seul lieu où les choses peuvent et doivent se dire. Elle est nécessaire, comme ce film l'est pour le peuple rwandais car il ne le dépossède pas de sa mémoire, ne se l'approprie pas, répond au contraire à sa demande de dire au monde ce que sa terrible expérience lui enseigne. Le film se situe ainsi dans l'actualité politique et humaine du conflit pour le pouvoir qui génère les conflits un peu partout sur la planète. Les exactions n'y sont que le produit d'un intérêt politique de domination et d'appropriation et non l'action des grands méchants inhumains. C'est un peuple qui se déchire, où chacun porte les stigmates de l'Histoire. Le génocide ne fut possible que parce que le Rwanda fut abandonné à lui-même par la communauté internationale. Le film superpose sans détours la dénonciation de deux scandales : le rôle de la France qui entraîne l'armée et fournit les armes avant de protéger les génocidaires par le bouclier humain de l'opération Turquoise non sans avoir évacué ses ressortissants et rien qu'eux ; et l'incapacité de l'ONU d'intervenir, embourbée dans sa méconnaissance du terrain et bloquée par les questions de vocabulaire de l'administration américaine qui seraient dérisoires si elles n'étaient tragiques, celle-ci reluctant à nommer un génocide (et donc à agir) ce qui sur le terrain relève du massacre organisé de centaines de milliers de personnes. Tourné au Rwanda avec une équipe où les Rwandais tiennent une bonne place, Sometimes in April est tout sauf le placage d'une vision extérieure machiavélique. Entre les deux frères, c'est à la fois l'opposition et le partage. Augustin n'est pas la bonne victime mais un officier qui faisait des compromis face à la radicalisation idéologique et se masquait la réalité de la préparation des exactions. Honoré n'est pas non plus le froid génocidaire mais risque sa vie pour venir en aide à sa famille métissée. Ils sont à eux deux la complexité d'un pays qui a glissé dans le pire sans savoir où il allait. Le génocide est un drame absolu et le film ne se termine pas bien. Nous ne sommes pas dans un film hollywoodien : la mort n'épargne pas les protagonistes. Hallucinante vision : des marais puants sortent des fantômes qui ne croient plus être vivants. Il faudra retrouver ensemble de quoi survivre, comme ce rire que partagent les élèves qui regardent Le Dictateur de Chaplin. Et surtout retrouver la force de témoigner pour qu'aucun révisionnisme ne vienne nier demain ce que fut le martyre et le suicide d'un peuple, pour que nous restions vigilants alors que, comme le concluait Brecht dans La résistible ascension d'Arturo Ui, "le ventre est encore fécond d'où est sortie la bête immonde". Sometimes in April le fait admirablement, sans tomber dans le spectacle, dans le plein respect de la complexité de son sujet. Olivier Barlet http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=4516

Posté par ramaka à 06:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Haiti, Le Silence Des Chiens

Film Haiti (1994)
Genre : Documentaire. Durée : 0H54.
Date de sortie : (nc).
Acteur(trice) :
Réalisateur : Raoul peck

54 mn Haïti, l'île de toutes les violences et de toutes les misères. Une enquête sur le pouvoir, la rivalité et l'ambition politiques dans un contexte où le droit et la démocratie sont constamment malmenés.

Raoul Peck s'interroge sur la relation qui unit deux hommes de tete, deux chefs associes par obligation pour gerer le destin d'Haiti, mais que leur personnalite, tout comme leur vision du monde, opposent : le president Aristide et le premier ministre qu'il s'etait choisi, Robert Malval.


Posté par ramaka à 05:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 septembre 2008

GHOSTS OF CITÉ SOLEIL

http://www.revolvergroup.com/ghosts/trailer/mov/ghosts_medium.mov

Ghosts of Cité Soleil – documentaire 85 minutes (1992) -   
Comme en témoignent les images, c'est probablement l'un des plus beaux documentaires de l'année qui rappelle par son traitement La Cité de Dieu (Cidade de Deus) de Fernando Meirelles . A Port-au-Prince (Haiti), cinq leaders contrôlent les chimères, une armée secrète du président Jean-Bertrand Aristide. Les milices ont pour mission de faire régner l'ordre et la terreur dans les rues de la capitale. Dirigé par Asger Leth dont c'est le premier long-métrage, Ghosts of Cité Soleil brosse le portrait de Winson '2Pac' Jean et James 'Bily' Petit Frère, deux de ses chefs. Wyclef Jean, l'un des chanteurs du groupe Refugees, signe la bande originale du film et agit en tant que producteur executif.

Posté par ramaka à 22:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 juin 2008

Angels in the Dust

Angel

Angels in the Dust is a story of hope and healing in the face of a staggering crisis. AIDS is leaving entire South African villages decimated and thousands of children orphaned, with no adults to raise them. The inspiring story of Marion Cloete, a university-trained therapist who— with her husband and three daughters— fearlessly walked away from a privileged life in a wealthy Johannesburg suburb to build Botshabelo, an extraordinary village and school that provides shelter, food, and education to more than 550 South African children. Angels in the Dust is the true story of Marion and the orphans she cares for. The stories of the children are interwoven with the dramatic parallel saga of the orphaned elephants of Pilanesberg National Park in South Africa. The longtime government practice of culling— brutally killing adult elephants to control herd sizes— has torn apart the complex social fabric of elephant culture, a fabric that is not unlike that of the traditionally close-knit African village before Apartheid. Because the elephant society has been torn apart by culling, orphaned elephants have grown up exhibiting unusually violent behavior, such as attacking and goring rhinos. In the last few years, elder female elephants have been re-introduced into the Pilanesberg population in the hopes of resocializing the young. The experiment is working— and it offers a resonant reflection of the healing taking place for the human children being “reparented” by Marion at Botshabelo. Angels in the Dust is the story of the life-changing power of one compassionate heart: a courageous, self-sacrificing, fiercely loving woman who has chosen a spiritual path over a material one. For a nation overwhelmed by an epidemic of HIV/AIDS, orphans, rape, violence, and Apartheid’s legacy of social and political unrest, the film offers a clear pathway of hope and a replicable paradigm for the future of cultures devastated by disease.
Archbishop Desmond Tutu has called HIV/AIDS “the new Apartheid.” By the year 2010, 100 million people in Sub-Saharan Africa will be infected with HIV/AIDS, and 26 million children will be orphaned as a result of the virus. In South Africa alone, six million adults and children are infected, but the government has turned a blind eye to the mounting pandemic.

Posté par ramaka à 05:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 avril 2008

La vérité est comme un boomerang !

Face à la cherté de la vie : Mamadou Dia préconise un plan d'austérité sévère et réclame que Wade soit contraint à la démission !

Mamadou_Dia Wade_p

La vérité est comme un boomerang. Elle finit toujours par revenir en pleine figure de ceux-là qui l'avait jetée au loin, croyant pouvoir ainsi l'occulter. Voilà qu'après les fastes de carnaval de ce que l'on a appelé Sommet de l'Oci, après les dépenses folles et somptueuses dudit Sommet, et celles tout aussi déraisonnables qu'Abdoulaye Wade et ses courtisans effectuent au quotidien, avec les multiples voyages à l'utilité douteuse traînant toute une cour logée, nourrie et blanchie dans des hôtels de luxe, et à laquelle, comme si cela ne suffisait pas, on verse des perdiems, le tout aux frais de la Nation, le peuple sénégalais, dans sa composante masse populaire et laborieuse, auquel on avait assuré milliards en abondance, est frappé de plein fouet par la spirale de la hausse du coût de la vie.

Source : Walfadjri

Pour toute réponse, Abdoulaye Wade n'a rien trouvé de mieux que le matraquage et le gazage des populations qui crient famine, un énième remaniement, la reconnaissance de son incapacité à atténuer les maux, et des concessions faites aux paysans et aux fonctionnaires, d'un niveau d'un ridicule confondant.

A la vérité, ce n'est pas d'Abdoulaye Wade que les Sénégalais pourront obtenir la solution à leurs maux, qui risquent d'aller en s'aggravant de jour en jour, et ce pendant longtemps, aussi longtemps qu'il restera au pouvoir. Car sa méthode de gouvernement est une méthode de corruption généralisée, à tous les niveaux, en accordant des avantages et des privilèges exorbitants à ses affidés, sans s'oublier lui-même, comme lorsqu'il commande un luxueux avion d'un coût de plus de 50 milliards de francs Cfa, après avoir fait supporter, il y a peu, aux contribuables sénégalais, en les bernant, la réfection de l'ancien pour 17 milliards. C'est ainsi qu'il a augmenté les traitements des gouverneurs, des préfets, de tous ceux qui sont chargés du processus électoral, comme ceux de la haute magistrature, qui est chargée de faire appliquer la Constitution, et qui ne peut le faire parce qu'elle aussi tenue par ces avantages. Ce qui a laissé à Wade un boulevard pour commettre les crimes dont il est l'auteur, crimes économiques et crimes de sang. Le sang d'innocents, dont celui de Me Babacar Sèye, dont l'assassinat a été organisé, on le sait maintenant, au moyen des 5 milliards de Taïwan détournés lorsqu'il était ministre d'Etat sous le régime de Diouf, et pour lequel il a été pris la main dans le sac et sauvé par l'intervention d'un grand marabout.

On a vu dans une autre affaire de milliards de Taïwan, plus récente, sous l'Alternance, l'argent public déposé dans des comptes privés, avec des commissions par milliards versées au passage à son ami étranger, et cet argent finalement retiré par les gendarmes - il y a les bordereaux et tous les détails. Il est maintenant de notoriété publique que c'est le butin des dessous-de-table qui est au cœur du conflit avec son ancien directeur de cabinet et Premier ministre Idrissa Seck. Et des scandales financiers éclatent tous les jours, où l'on retrouve mêlé le nom de son fils Karim Wade, à cause duquel le président de l'Assemblée nationale Macky Sall vit une descente aux enfers, pour avoir eu l'impudence de lui demander de rendre des comptes devant la Nation, alors qu'un dépassement de plus de 8 milliards de nos francs a été constaté sur le budget déjà faramineux de l'Oci, tandis que l'entrepreneur Bara Tall a été comme par hasard rendu à la liberté dès qu'il a commencé à faire des révélations sur ces fameux travaux de la Corniche.

Aujourd'hui, à l'évidence, la solution à la détérioration vertigineuse des conditions de vie des Sénégalais passe par des solutions que l'on ne saurait attendre d'Abdoulaye Wade, comme l'a illustré sa réponse pleine d'arrogance teintée de mépris à propos des délestages récurrents dont souffrent les populations sénégalaises : 'Adressez-vous au ministre de l'Energie, moi j'ai toujours de l'électricité dans mon Palais !'. Car ces solutions ont pour nom réduction du nombre et des indemnités des ministres, des parlementaires aux privilèges exorbitants, et autres prébendiers. Cela veut dire donc aussi réduction du nombre pléthorique des conseillers et assistants nichés à la Présidence, compression d'effectifs de cette ruche bourdonnante de ceux qui ne sont que des courtisans de la cour du roi, par la façon dont ils jouent un rôle que leur envierait la caste des griots.

Les économies réalisées grâce à ces nécessaires ponctions pourront alimenter une caisse de stabilisation ou de péréquation, qui cassera la spirale de hausse des prix des denrées alimentaires de première nécessité, ainsi que ceux des produits et services d'usage courant tels que l'eau, l'électricité, le charbon, le gaz, le transport, l'habitat, etc.

Mais il faudra également, et surtout, rapatrier l'aide extérieure détournée, qui se chiffre à des milliers de milliards - la Banque mondiale parle d'au moins 1 000 milliards de francs Cfa, mais le chiffre réel est d'au moins 3 000 milliards de francs Cfa, en y incluant les dettes bilatérales. Le rapatriement de ce pactole d'aide étrangère, multilatérale et bilatérale, de ce butin de grands bandits, pourra ainsi contribuer à la satisfaction des revendications légitimes des enseignants, des étudiants et des élèves, et à la satisfaction des besoins dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, à la place et au lieu des projets mythiques et chimériques d'Abdoulaye Wade. Ainsi, des actes importants seront posés pour sauver le Sénégal du gouffre dans lequel il menace de tomber.
Mais ce salut ne sera obtenu qu'au prix du départ du pouvoir de Wade. Il devrait démissionner, et comme il ne démissionnera pas, il faudra le démissionner, et la seule façon de le faire, c'est d'organiser une grève générale illimitée, à l'instar de ce qui a été fait en Guinée, et qui a permis à ce vaillant peuple de faire entendre raison à un dictateur, en lui imposant un contre-pouvoir incarné par son Premier ministre actuel. Aujourd'hui, il semble que les Sénégalais en soient de plus en plus conscients. Ils sont maintenant dans la rue, montrant que le peuple a compris, et font montre en cela d'une plus grande détermination que l'opposition, qui est désormais obligée de suivre, sous peine d'être définitivement discréditée.

Et c'est après la chute de Wade, et après ce préalable seulement, que s'imposera la tenue d'Assises nationales, qui seront chargées d'élaborer un plan de redressement national susceptible d'adoucir les effets pervers de la mondialisation, qui frappent de plein fouet l'économie des jeunes nations, déjà structurellement fragilisées par la corruption et la mal-gouvernance. C'est alors qu'il sera possible de former un Directoire national provisoire, qui aura mandat d'organiser des élections générales libres et transparentes sur la base d'un fichier électoral entièrement refondu.

Vendredi 18 Avril 2008 - 12:39


Posté par ramaka à 19:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 mars 2008

Vient de paraître : La renaissance africaine comme alternative

Harmattan

La renaissance africaine comme alternative
au développement
Les termes du choix politique en Afrique
Sous la direction de José DO-NASCIMENTO

renaissance

La faillite générale des modèles de développement impose à la Raison une question : doit-on s’orienter vers une reformulation des politiques de développement ou doit-on avoir l courage intellectuel et politique de penser la modernité en Afrique à partir d’un paradigme alternatif à celui du développement ?
Les auteurs de cet ouvrage ont fait le choix d’explorer l’hypothèse d’une alternative : celle de la renaissance africaine. Il ressort de leurs travaux que ce paradigme invite à poser la question de la modernité en Afrique postcoloniale non pas en termes de développement (processus de maturation diachronique et linéaire du tissu social) mais en termes de renaissance historique (processus de refondation du tissu social). Un tel processus implique des politiques d’accès à la modernité dans la forme de politiques d’assainissement du tissu social et de réappropriation des ressorts de l’historicité. Ces politiques ont vocation à être efficaces. Elles reposent en effet sur une base réelle (les sources probantes de l’histoire africaine) là où celles du développement reposent sur une fiction historique (l’interprétation évolutionniste de l’histoire des sociétés). Comme elle, la renaissance africaine se présente à l’analyse comme un paradigme des modalités d’une renaissance des sociétés africaines à l’historicité et à une historicité moderne.
Les textes de cet ouvrage, chacun dans des domaines différents, illustrent cette thèse.

José DO-NASCIMENTO, juriste et politologue, exerce à l’Université de Paris Sud comme Ingénieur d’Etudes et Enseignant en droit Public. Il dirige, dans le cadre associatif, l’ARPEMA, un groupe de chercheurs bénévoles qui travaille sur le thème des perspectives de la modernité en Afrique.

Collection Etudes africaines

site internet : http://www.editions-harmattan.fr
email : presse.harmattan5@wanadoo.fr

Posté par ramaka à 09:55 - Commentaires [9] - Permalien [#]

15 mars 2008

LES PENDULES A L’HEURE DE L’OCI

Ce week-end s’est tenue à New York une grande conférence sur le thème : « Tolérance, démocratie et soufisme au Sénégal ». Elle était organisée par l’université Columbia avec la participation d’éminents professeurs venus du monde entier dont plusieurs érudits sénégalais. Simple hasard du calendrier, cette rencontre a lieu peu avant le onzième sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique au Sénégal. C’est dire que le particularisme sénégalais, pays démocratique au sein de la Ummah, intéresse à plus d’un titre. Ce même pays accueille, pour la deuxième fois le sommet de l’OCI. Il faudrait dire d’abord que le succès ou l’échec de ce sommet ne saurait dépendre des émargements sur la feuille de la présence. C’est un faux débat qui permet d’occulter les vrais problèmes.

Dans ce sens, les journaux sénégalais n’ont pas aidé. A les lire, j’ai eu l’impression que les enjeux se limitaient à la réalisation d’un tronçon de route sur la façade ouest de la capitale. Les slogans réducteurs de l’ANOCI ont renforcé la confusion : « ANOCI Corniche-ouest », « en route vers le sommet », « une aubaine pour les sociétés de location de voitures », « génération du concret » et j’en passe. On dirait que ceux qui ont en charge de préparer cette rencontre ne maîtrisent pas la portée qui va au-delà du Sénégal et de tout calcul politicien. L’OCI ne peut être un tremplin, réel ou supposé, pour se jeter en politique. Maintenant que les lampes sont allumées sur la Corniche, il est temps de sortir du tunnel pour tenter de voir les vrais enjeux. Près de 56 pays représentés à Dakar quelles seront les réponses aux questions brûlantes qui se posent à l’Islam au vingt-et-unième siècle ?

DEMAIN LES MUSULMANS.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis l’incendie de la mosquée Al Aqsa qui a contribué à la naissance de l’OCI. A sa dixième conférence en Octobre 2003 en Malaisie, le communiqué final contenait, excusez du peu, 109 points. Un glossaire de voeux pieux qui dénonçait le terrorisme, la pauvreté, l’analphabétisme, la dure condition de la femme, mais dont une bonne partie était consacrée au conflit israélo-palestinien. A ce propos que disait l’OCI ? « Elle réaffirme la nécessité d’un Etat palestinien avec Al-Qods Al-Charif pour capitale... demande au Quartet de redoubler d’efforts en vue d’une paix juste et durable au Moyen-Orient ». Fin de citation et aveu d’impuissance.

Cette année encore, en représailles aux attaques répétées du Hamas, les tanks israéliens viennent de quitter la bande de Gaza, laissant derrière eux la désolation et la terreur. Des ONG britanniques crient au scandale face au blocus israélien. Pour les citer, « la situation humanitaire dans les territoires palestiniens est la pire depuis 1967 ». Que vont redire nos chefs d’Etat à Dakar ? De simples déclarations pour calmer des opinions publiques intérieures ne suffiront pas. Il faudra une approche, plus pratique et plus courageuse, pour des solutions justes à la question palestinienne et aux préoccupations israéliennes.

Peut-on parler d’Israël sans parler du Darfour situé en terre africaine et dont les malheurs sont orchestrés par le gouvernement musulman du Soudan ? Des puissances occidentales, parlent de « génocide » mais refusent de s’impliquer directement pour arrêter les atrocités. L’Union Africaine, malgré sa bonne volonté, a prouvé qu’elle n’a pas les moyens de faire cesser ce conflit paradoxal. Un accord, le cinquième du genre, a été signé en mai dernier à Ryad entre le Soudan et Tchad. Le Sénégal qui tente une médiation bien difficile avait aussi promis, à certaines conditions, de tripler sa force dans la région. Seulement, maintenir la paix au Darfour n’a jamais été une garantie de paix définitive. Que vont dire nos chefs d’Etat musulmans au gouvernement musulman de Khartoum pour que cessent, au moins, les incursions meurtrières des milices Janjaweed musulmanes contre des populations innocentes et de surcroît musulmanes ? Il y a peu d’espoir car l’OCI est une organisation politique qui, à travers toute son histoire, a rarement brillé par sa capacité à résoudre les conflits.

L’ECONOMIE DES PAUVRES.

« Ikhra » dit le Coran. C’est le premier verset descendu au prophète Muhammad (Psl). Selon le professeur Abdoul Aziz Kébé, islamologue respecté, dans une récente interview au quotidien national, « Ikhra » ou la recherche de la connaissance est la première interpellation faite aux musulmans. Mais ce sont des pays musulmans qui sont au plus bas de l’échelle par rapport au taux d’alphabétisation. Qui profite de l’obscurantisme ? Sans commentaire.

A voir les indices du développement humain publiés par le PNUD, chaque année plusieurs pays musulmans sont classés en bas de tableau. La lutte contre la pauvreté n’est pas une campagne de charité au nom de la « zakat ». Selon Kemal Dervis, administrateur du PNUD, « le développement humain ne peut se nourrir uniquement de la croissance économique. C’est une mission d’autonomisation. Sur un milliard de personnes les plus démunies de la planète, les trois cinquièmes sont des femmes » et la plupart musulmanes. L’émancipation entière des femmes est donc une force sans pareil pour tous les pays musulmans. Malheureusement nous avons tous suivi l’histoire de cette dame violée en Arabie Saoudite puis jetée en prison pour avoir osé porter plainte contre ses agresseurs. Une grâce royale se suffira pas pour faire oublier que beaucoup de femmes dans le monde musulman vivent encore enfermées dans les cavernes ou devrais-je dire les voiles du moyen-âge. L’OMI, office des migrations internationales, dénonce souvent l’esclavage sexuel dont sont victimes des femmes dans certaines monarchies pétrolières. Sans parler du racisme sans égal subi par les populations noires et musulmanes dans beaucoup de pays arabes et musulmans. Devrons-nous nous enfermer dans le silence complice et nous auto exclure du monde moderne par des pratiques d’un autre âge ? Nous aurons certainement des réponses après la prière ce vendredi à Dakar.

Des pauvres, nous en avons à la pelle. Le baril de pétrole est à 109 dollars US. Le président sénégalais s’est présenté récemment à Washington pour vendre sa fameuse « formule Wade » face la flambée du prix du brut. Certes le dollar continue sa dégringolade mais tout le monde paye le prix particulièrement au Niger et au Bangladesh, pour ne citer que les plus pauvres. L’Arabie saoudite, capitale de l’Islam et premier producteur d’or noir ne veut rien faire pour baisser les prix. Les quotas de production sont maintenus au sein de l’OPEP, organisation des pays exportateurs de pétrole . Qui se soucie des révoltes contre la vie chère ou des émeutes contre la faim dans plusieurs pays ? Pourtant, l’usure, la spéculation sur les besoins des individus est interdite par l’Islam.

ISLAM ET DEMOCRATIE

Au plan politique, la démocratie est une denrée bien rare dans nos pays musulmans. A quelques exceptions près, il s’agit souvent de royaumes ou d’Emirats engraissés par l’argent du pétrole, de présidents élus parfois pour toute une vie ou de putschistes qui s’évertuent parfois à vouloir transmettre le pouvoir de père en fils. C’est le désert, l’absence de Droit. La démocratie est impossible quand l’accès au pouvoir est toujours une épreuve de force. C’est en partageant et contrôlant le pouvoir qu’un pays pourra progresser vers la prospérité et la stabilité. Mais lorsque « les gagnants gagnent tout, tout le monde est perdant ». Sauf bien sûr les terroristes qui n’ont rien à perdre. Pourtant dans son dernier message, le prophète (Psl) a dit « Ayou hanass », « vous les humains » et non pas « vous les musulmans »...

Idy Fall, Arlington, Virginie, Etats-Unis.
Email : idifall@aol.com

Posté par ramaka à 18:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]

LES PENDULES A L’HEURE DE L’OCI

Ce week-end s’est tenue à New York une grande conférence sur le thème : « Tolérance, démocratie et soufisme au Sénégal ». Elle était organisée par l’université Columbia avec la participation d’éminents professeurs venus du monde entier dont plusieurs érudits sénégalais. Simple hasard du calendrier, cette rencontre a lieu peu avant le onzième sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique au Sénégal. C’est dire que le particularisme sénégalais, pays démocratique au sein de la Ummah, intéresse à plus d’un titre. Ce même pays accueille, pour la deuxième fois le sommet de l’OCI. Il faudrait dire d’abord que le succès ou l’échec de ce sommet ne saurait dépendre des émargements sur la feuille de la présence. C’est un faux débat qui permet d’occulter les vrais problèmes.

Dans ce sens, les journaux sénégalais n’ont pas aidé. A les lire, j’ai eu l’impression que les enjeux se limitaient à la réalisation d’un tronçon de route sur la façade ouest de la capitale. Les slogans réducteurs de l’ANOCI ont renforcé la confusion : « ANOCI Corniche-ouest », « en route vers le sommet », « une aubaine pour les sociétés de location de voitures », « génération du concret » et j’en passe. On dirait que ceux qui ont en charge de préparer cette rencontre ne maîtrisent pas la portée qui va au-delà du Sénégal et de tout calcul politicien. L’OCI ne peut être un tremplin, réel ou supposé, pour se jeter en politique. Maintenant que les lampes sont allumées sur la Corniche, il est temps de sortir du tunnel pour tenter de voir les vrais enjeux. Près de 56 pays représentés à Dakar quelles seront les réponses aux questions brûlantes qui se posent à l’Islam au vingt-et-unième siècle ?

DEMAIN LES MUSULMANS.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis l’incendie de la mosquée Al Aqsa qui a contribué à la naissance de l’OCI. A sa dixième conférence en Octobre 2003 en Malaisie, le communiqué final contenait, excusez du peu, 109 points. Un glossaire de voeux pieux qui dénonçait le terrorisme, la pauvreté, l’analphabétisme, la dure condition de la femme, mais dont une bonne partie était consacrée au conflit israélo-palestinien. A ce propos que disait l’OCI ? « Elle réaffirme la nécessité d’un Etat palestinien avec Al-Qods Al-Charif pour capitale... demande au Quartet de redoubler d’efforts en vue d’une paix juste et durable au Moyen-Orient ». Fin de citation et aveu d’impuissance.

Cette année encore, en représailles aux attaques répétées du Hamas, les tanks israéliens viennent de quitter la bande de Gaza, laissant derrière eux la désolation et la terreur. Des ONG britanniques crient au scandale face au blocus israélien. Pour les citer, « la situation humanitaire dans les territoires palestiniens est la pire depuis 1967 ». Que vont redire nos chefs d’Etat à Dakar ? De simples déclarations pour calmer des opinions publiques intérieures ne suffiront pas. Il faudra une approche, plus pratique et plus courageuse, pour des solutions justes à la question palestinienne et aux préoccupations israéliennes.

Peut-on parler d’Israël sans parler du Darfour situé en terre africaine et dont les malheurs sont orchestrés par le gouvernement musulman du Soudan ? Des puissances occidentales, parlent de « génocide » mais refusent de s’impliquer directement pour arrêter les atrocités. L’Union Africaine, malgré sa bonne volonté, a prouvé qu’elle n’a pas les moyens de faire cesser ce conflit paradoxal. Un accord, le cinquième du genre, a été signé en mai dernier à Ryad entre le Soudan et Tchad. Le Sénégal qui tente une médiation bien difficile avait aussi promis, à certaines conditions, de tripler sa force dans la région. Seulement, maintenir la paix au Darfour n’a jamais été une garantie de paix définitive. Que vont dire nos chefs d’Etat musulmans au gouvernement musulman de Khartoum pour que cessent, au moins, les incursions meurtrières des milices Janjaweed musulmanes contre des populations innocentes et de surcroît musulmanes ? Il y a peu d’espoir car l’OCI est une organisation politique qui, à travers toute son histoire, a rarement brillé par sa capacité à résoudre les conflits.

L’ECONOMIE DES PAUVRES.

« Ikhra » dit le Coran. C’est le premier verset descendu au prophète Muhammad (Psl). Selon le professeur Abdoul Aziz Kébé, islamologue respecté, dans une récente interview au quotidien national, « Ikhra » ou la recherche de la connaissance est la première interpellation faite aux musulmans. Mais ce sont des pays musulmans qui sont au plus bas de l’échelle par rapport au taux d’alphabétisation. Qui profite de l’obscurantisme ? Sans commentaire.

A voir les indices du développement humain publiés par le PNUD, chaque année plusieurs pays musulmans sont classés en bas de tableau. La lutte contre la pauvreté n’est pas une campagne de charité au nom de la « zakat ». Selon Kemal Dervis, administrateur du PNUD, « le développement humain ne peut se nourrir uniquement de la croissance économique. C’est une mission d’autonomisation. Sur un milliard de personnes les plus démunies de la planète, les trois cinquièmes sont des femmes » et la plupart musulmanes. L’émancipation entière des femmes est donc une force sans pareil pour tous les pays musulmans. Malheureusement nous avons tous suivi l’histoire de cette dame violée en Arabie Saoudite puis jetée en prison pour avoir osé porter plainte contre ses agresseurs. Une grâce royale se suffira pas pour faire oublier que beaucoup de femmes dans le monde musulman vivent encore enfermées dans les cavernes ou devrais-je dire les voiles du moyen-âge. L’OMI, office des migrations internationales, dénonce souvent l’esclavage sexuel dont sont victimes des femmes dans certaines monarchies pétrolières. Sans parler du racisme sans égal subi par les populations noires et musulmanes dans beaucoup de pays arabes et musulmans. Devrons-nous nous enfermer dans le silence complice et nous auto exclure du monde moderne par des pratiques d’un autre âge ? Nous aurons certainement des réponses après la prière ce vendredi à Dakar.

Des pauvres, nous en avons à la pelle. Le baril de pétrole est à 109 dollars US. Le président sénégalais s’est présenté récemment à Washington pour vendre sa fameuse « formule Wade » face la flambée du prix du brut. Certes le dollar continue sa dégringolade mais tout le monde paye le prix particulièrement au Niger et au Bangladesh, pour ne citer que les plus pauvres. L’Arabie saoudite, capitale de l’Islam et premier producteur d’or noir ne veut rien faire pour baisser les prix. Les quotas de production sont maintenus au sein de l’OPEP, organisation des pays exportateurs de pétrole . Qui se soucie des révoltes contre la vie chère ou des émeutes contre la faim dans plusieurs pays ? Pourtant, l’usure, la spéculation sur les besoins des individus est interdite par l’Islam.

ISLAM ET DEMOCRATIE

Au plan politique, la démocratie est une denrée bien rare dans nos pays musulmans. A quelques exceptions près, il s’agit souvent de royaumes ou d’Emirats engraissés par l’argent du pétrole, de présidents élus parfois pour toute une vie ou de putschistes qui s’évertuent parfois à vouloir transmettre le pouvoir de père en fils. C’est le désert, l’absence de Droit. La démocratie est impossible quand l’accès au pouvoir est toujours une épreuve de force. C’est en partageant et contrôlant le pouvoir qu’un pays pourra progresser vers la prospérité et la stabilité. Mais lorsque « les gagnants gagnent tout, tout le monde est perdant ». Sauf bien sûr les terroristes qui n’ont rien à perdre. Pourtant dans son dernier message, le prophète (Psl) a dit « Ayou hanass », « vous les humains » et non pas « vous les musulmans »...

Idy Fall, Arlington, Virginie, Etats-Unis.
Email : idifall@aol.com

Posté par ramaka à 18:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 janvier 2008

PLAN JAXAAY - Controverse autour de l’attribution des maisons

logohome

Edition du Mardi 5 juin 2007

PLAN JAXAAY -
plan_jaxaay
Ces maisons ne font pas toujours le bonheur de leurs occupants..
(Photo: Le Quotidien)

Controverse autour de l’attribution des maisons : Du plomb dans l’aile de l’aigle : Du plomb dans l’aile de l’aigle

«Le président Wade avait voulu vous donner une maison parmi celles du plan Jaxaay, mais elles ne sont pas très grandes…», avait témoigné, en substance, Daouda Faye, le ministre du Sport à la famille de feue Fanta Keita, championne d’Afrique de judo décédée en octobre 2006 au Maroc, à l’occasion de la cérémonie de remise des clés de la maison que l’Etat leur avait promise (Un appartement de 4 pièces dans l’immeuble des Hlm Maristes, ndlr). Ce témoignage de «Vava» donne, d’une certaine manière, une idée du mode d’attribution, manifestement nébuleux, des maisons du Plan Jaxaay. En principe, ces maisons étaient destinées aux sinistrés victimes des inondations survenues en 2005 dans la banlieue dakaroise notamment, Guédiawaye, et Pikine.

Pour rappel, des eaux pluviales avaient envahi de nombreuses maisons amenant du coup, des milliers de familles à se réfugier sous des tentes installées sur différents sites. Et Me Wade avait promis, on se rappelle, le relogement de ces familles sinistrées en leur construisant des maisons dans le cadre du plan Jaxaay, en échange de la démolition de leurs demeures pour l’aménagement des terres dégagées. Cela, pour une enveloppe officielle de 54 milliards de francs Cfa. Le terme Jaxaay, nom wolof de l’aigle, est un choix personnel du président de la République, qui voulait symboliser l’oiseau qui ne se laisse pas embourber dans les eaux. Mais, deux ans après le démarrage des travaux, alors que certaines maisons sont déjà prêtes et occupées, de nombreux sinistrés vivent toujours sous les tentes. Alors, ils soupçonnent une «injustice» dans l’attribution de ces maisons.

C’est en tout cas le sentiment de Ndeye Fall, présidente des femmes sinistrées rencontrées dans le site dénommé Bujumbura (Nom de la capitale du Burundi) situé dans le Camp militaire de Thiaroye. Emmitouflée d’un boubou en lagos assorti d’un foulard blanc autour du cou, cette quinquagénaire s’extirpe de sa tente pour exprimer sa colère : «La gestion des maisons Jaxaay est discriminatoire. Certaines maisons construites pour les sinistrés ont été attribuées aux déplacés de la gare ferroviaire de Dakar, de la cité cap-verdienne, Terou Baye Sogui.., alors qu’ils n’y ont pas droit. Ces maisons sont construites exclusivement pour les sinistrés.» Le coeur meurtri, cette habitante de Pikine Guinaw Rail poursuit : «Même si leurs (les habitants des quartiers sus-mentionnés) maisons ont été démolies par l’Etat, je pense que la priorité doit nous être accordée.» Pis, s’écrie-t-elle, «les autorités nous ont même sommés de lever le camp d’ici 2 mois, sans vouloir nous recaser.» En effet, le décor qu’offre Bujumbura est alarmant.

Des tentes déchiquetées par endroits, et qui laissent voir des intimités déchirantes. A l’extrême droite du site, un bloc de cinq toilettes jouxte les tentes. Sans parler d’une fosse septique à ciel couvert dont l’odeur atteint à la gorge. N’en pouvant plus de vivre dans ces conditions, Mme Fall, demande à l’Etat de les recaser, ou bien de les ramener dans leurs anciennes maisons. «Nous sommes fatigués de vivre dans ces conditions. Les autorités nous avaient promis que les travaux n’allaient durer que 30 mois. Mais, voilà 2 ans qu’on est là, sans aucune assistance. Je vivais mieux chez moi, en dépit des eaux», peste-t-elle.

ELOIGNES DE TOUT

A la cité Jaxaay, sise à Keur Massar, la première impression est celle de l’isolement par rapport aux autres cités. La route qui y mène est cahoteuse. A l’entrée de cité Jaxaay 1, l’on peut lire à travers le mur de clôture : «Un toit, une famille.» Des maisons peintes en bleu et jaune, qui renvoient à la couleur du Parti démocratique sénégalais, attirent l’attention. A quelques kilomètres de là, Jaxaay 2. Ici, certaines maisons sont occupées, alors que le chantier est toujours en construction. A Jaxaay, l’omerta est de rigueur. La présence des journalistes suscite une méfiance particulière. Comme si les habitants de cette cité avaient reçu une consigne stricte. Rares sont les personnes qui acceptent de se confier à la presse. Parmi elles, Awa Seck, une dame d’une cinquantaine d’année.

Seau vide à la main gauche, cette vendeuse de poisson signale : «Ces maisons que vous apercevez là, sont habités par les déguerpis de la gare ferroviaire de Dakar.» Ce ne sont pas les seules personnes à bénéficier de ces maisons. D’autres «désœuvrés» ont, également, eu à bénéficier de la «générosité» du concepteur de ce plan, Me Wade. Comme en témoigne Serigne Mbengue, un sinistré d’une trentaine d’année, venu de Médina Gounass : «Cette maison-là (Désignant l’une des quatre maisons témoins construites à l’entrée de la cité et réalisées par la Sipres, Ndrl) a été attribuée à une vielle dame qui, lors de la visite que le président Wade avait effectuée sur les lieux, l’avait sollicité publiquement pour obtenir une maison, en arguant qu’elle était veuve. Et, séance tenante, le Président Wade lui a remise, gratuitement, les clés de l’une de ces maisons. Alors qu’elle n’était, même pas, sinistrée.» Interpellé sur la question, Mansour Ndoye, chef du projet du plan Jaxaay confirme le recasement des déguerpis de la gare routière de Dakar, mais dément tout attribution de maisons aux habitants de la cité capverdienne et de Terou bay Soggi. Justifiant le premier cas, cet ingénieur explique : «Lorsque le président Wade lançait le Plan Jaxaay, il était destiné aux couches les plus défavorisées.»

Pour lui, le sens donné, en réalité, à Jaxaay, c’est que, souligne-il, «c’est un projet de construction contre les zones inondables et les bidonvilles». Ainsi, assure-t-il, «les 79 familles sinistrées restantes auront leurs logements avant l’hivernage». Quant au sort des sinistrés locataires, le chef du projet du Plan Jaxaay déclare qu’il est du ressort des autorités. Et, pour ce qui est de la sommation donnée aux sinistrés du Camp de Thiaroye, M. Ndoye nie : «Il n’y a aucune sommation pour lever le camp. J’ignore d’où vient cette décision, mais ce ne sont pas les autorités.»

DES EMBUCHES SUR LE TRAJET DE JAXAAY

Faisant la situation globale du projet Plan Jaxaay, Mansour Ndoye, qui rappelle que ce plan «ne se limite pas uniquement à la construction de logements, mais aussi à l’assainissement, à la réalisation de bassins», entre autres missions, indique que 3000 logements devront être construits en 3 tranches de 1000. Cela, pour un montant de 19 milliards de francs Cfa. La première tranche dont les travaux sont confiés à treize promoteurs immobiliers au total, est déjà réalisée à 80%. Si la deuxième tranche est réalisée à 60%, la dernière tranche dont les travaux sont conjointement réalisés par des promoteurs immobiliers et des constructeurs, en est à 28% de réalisation. Ce retard est dû, selon cet ingénieur, par le fait que le démarrage simultané de ces travaux «allait coûter beaucoup d’argent à l’Etat». A l’en croire, 800 familles ont rejoint leur nouvelle maison. Pour les autres, renseigne-t-il, «c’est un problème d’héritage ou des litiges fonciers qu’on doit régler». Par rapport aux 1800 sinistrés vivant toujours dans les camps, les 600 sont des locataires et les 400 autres, des propriétaires.

ABSENCE D’HOPITAL, DE MARCHE ET D’ECOLE

Visage ridé, yeux hagards, Awa Seck ne peut contenir sa colère, lors qu’elle décrit son calvaire dans cette cité. Comme isolés du monde, elle et ses congénères sinistrés, qui ont eu la «chance» d’être relogés, sont privés d’infrastructures de base. Pas d’hôpital, ni de marché, encore moins de commissariat, ni d’école, sans parler de route bitumée. Hormis, la latérite qui a fini de peindre la façade des maisons en marron. Courroucée, cette dame qui semblait n’attendre que le passage de la presse pour déverser sa bile, peste : «Vraiment on est fatigués. Il n’y a rien ici. Lorsqu’une femme veut accoucher, elle est obligée de se rendre à l’hôpital situé à l’entrée de Keur Massar, qui est très éloignée.» Très en verve, cette dame qui vient de Pikine ñiety mbar, poursuit : «Non seulement, les véhicules clando ne circulent pas la nuit, mais la route est quasi impraticable. L’autre jour, une femme enceinte a fait une fausse couche, à cause de cette route. Une autre a même accouché dans un véhicule.» A ces peines, s’ajoutent ceux provenant de l’inexistence de marché. Binta Sall, une autre dame d’une soixantaine d’années, s’invite au débat et raconte : «Chaque jour, on prend le clando pour aller au marché qui se trouve près de la mairie de Keur Massar. Tout ce que l’on gagne, on le dépense en transport. Pour faire un aller-retour, il faut débourser 800 francs.» Et pourtant, poursuit cette sinistrée venue, également, du même quartier que sa voisine Awa Seck, leurs doléances ont été portées à la connaissance de Viviane Wade, à l’occasion de sa visite sur les lieux, lors de la dernière campagne présidentielle. Mais, désole-t-elle, «rien n’a été fait».

A cela, s’ajoute l’insécurité. Selon, toujours, Mme Sall, «chaque maison est tenue de payer 1 000 francs au vigile pour assurer la sécurité de sa maison. Il n’y pas de mur de clôture. Et celui de l’arrière-cour est très basse, ce qui est une aubaine pour les voleurs. En plus, s’y ajoute le manque d’éclairage public». A propos d’électricité justement, les populations de Jaxaay n’ont pas manqué de se plaindre des compteurs de prépaiements installés dans toutes les maisons. Lesquels compteurs leur posent, considère Serigne Mbengue, de sérieux problèmes. «Il est difficile de trouver les cartes prépayées. Je me rendu, hier, (vendredi, veille de notre reportage, Ndlr) à l’agence de la Senelec de Rufisque pour m’en procurer. Mais, on m’a dit que l’ordinateur était en panne. Alors qu’on est en week-end. Imaginez un peu !», raconte, irrité, un jeune homme. De plus, poursuit-il, «Les cartes ne durent pas longtemps. Pour une carte de 10 000 francs Cfa, vous n’en avez que pour quelques semaines. Et, si vous avez un réfrigérateur, n’en parlons.» Malheureusement, cette information n’a pu être vérifiée auprès des responsables de la Senelec. Toutes les tentatives pour joindre leur bureau de Rufisque sont restées vaines.

Sur toutes ces carences, M. Ndoye reconnaît que les travaux qui devaient être réalisés, en amont, n’ont pas été faits. «Ils ont raison. On aurait dû construire les infrastructures de base d’abord.» Mais, justifie-t-il, «Quand on lançait le plan Jaxaay, on ne pensait qu’à sortir les sinistrés des eaux.» Et, pour rectifier le tir, le chef du projet du plan Jaxaay annonce la construction d’un hôpital «à l’image de celui Matlabul Fawzayni de Touba». Pour cela, indique-t-il, deux maisons seront transformées. Il en est de même pour la construction du commissariat, qui se fera à partir de trois maisons réamenagées. Concernant le marché, M. Ndoye soutient que des contacts ont été pris avec un promoteur. L’école primaire, quant à elle, sera livrée, promet-il, à la rentrée prochaine.

DES SINISTRES DANS L’IMPOSSIBILITE DE PAYER

Annoncées, au début, comme gratuites par Me Wade, mises en vente par la suite, les maisons du plan Jaxaay posent de sérieux problèmes à leurs destinataires. Confiées à la Société nationale de l’Habitat à loyer modéré (Sn Hlm), elles sont cédées entre 4 millions et 6 millions de francs, «selon le choix d’acquisition». Mais, quelque soit le montant, il est toujours trop élevé pour certains. A l’instar de Fama Dia, une jeune femme mariée, d’une vingtaine d’années. «Sincèrement, on n’a pas les moyens de payer. Comment quelqu’un qui n’a pas de quoi manger peut-il payer une maison à 4 millions ?», s’étonne celle qui n’en revient pas que les autorités aient renoncé à octroyer gratuitement leurs logements aux sinistrés. Venue du quartier Bagdad, à Guediawaye, elle vit, depuis deux ans, dans une trois pièces de 150m2 avec son mari, leurs quatre enfants et sa belle famille. Elle dit avoir reçu, une fois, des agents des Impôts et Domaines qui les ont informés de la décision de mettre leur logement en location-vente, moyennant 26 000 francs Cfa par mois pour une durée de 20 ans. Assise devant sa maison non clôturée, Aminata Konté une jeune fille sinistrée, de 25 ans, coiffeuse de profession, dit ne pas comprendre qu’on leur demande de payer les maisons alors que, argue-t-elle, «on nous a déguerpis de notre maison qui, pourtant, n’est pas démolie à ce jour, et l’on veut nous faire payer. Ensuite, les autorités ne nous ont pas attribué deux maisons, comme convenu lors du recensement. Nous étions une grande famille, et nous habitions une grande concession de 7 chambres. Tandis que d’autres familles moins nombreuses en ont reçu deux. Nous nous entassons dans les chambres. Moi, je partage une pièce avec ma mère, à mon âge». Ce qui l’amène à soupçonner un relent de «magouille organisée par les agents qui étaient chargés du recensement». En plus, pour elle, les autorités leur avaient promis des logements plus grands à l’image des maisons témoins exposées à l’entrée. Mais, «c’est de la propagande que ces maisons-là, pour faire croire que nous sommes à l’aise».

Des accusations que M. Ndoye dégage en touche. Selon lui, chaque famille bénéficie d’une seule villa. Cependant, note-il, «il y a des cas d’exceptions et des cas frappant. Ceux qui en ont bénéficié avaient une maison R+2 avec une famille de 10 personnes». Avant d’ajouter : «C’est vrai qu’il y a parmi les sinistrés certains qui sont moins à l’aise. Mais, certains vivaient dans des baraques construites sur des terrains qui n’avaient pas de titre foncier, ni base juridique.»

CONFUSION AUTOUR DE LA CESSION

Contrairement à Mlle Konté, Ibrahima Dièye, 63 ans, se plaint plutôt du prix des maisons qu’il juge excessif. Cet homme qui vit seul dans sa maison, soupire : «J’avoue que ne comprend pas. L’Etat avait arrêté le prix des maisons à 4 millions. Il revient, maintenant, pour les fixer à 6 millions. Je n’ai pas de moyen, car je suis retraité. Mais, qu’à cela ne tienne, j’ai commencé à versé mon acompte de 26 000 francs Cfa, depuis le mois de mars auprès de la Banque sénégalo-tunisienne.»

Du côté de la Sn Hlm, l’on se garde de tout commentaire. Joint au téléphone, Moustapha Diop, le chargé de la commercialisation des maisons, renvoie à son directeur général qui, lui, est injoignable. Néanmoins, le chef du projet du plan Jaxaay tentera d’apporter des éclairages. Selon lui, «il s’agit d’une incompréhension». Il explique : «Les maisons coûtent 4 millions. Maintenant, cela dépend du mode d’acquisition des logements. Si quelqu’un a la possibilité de payer comptant, la maison lui revient à 4 millions. Au cas contraire, il peut verser 26 000 francs durant 20 ans. Ce qui fait 6.240.000 francs si on y inclut les frais d’assurances vie et risque.» Pour lui, ces maisons auraient même dû coûter plus cher si l’Etat ne les avait pas subventionnées. «Les villas coûtent, en principe, plus de 15 millions. Nous payons aux entreprises 6,5 millions et avons acheté le terrain… Ce qui fait que l’Etat participe à auteur de 11 millions. Les 4 millions reviennent aux bénéficiaires, à qui on ne demande ni apport, ni avance», renseigne M. Ndoye

Posté par ramaka à 17:18 - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 janvier 2008

Le problème du Sénégal, c’est incontestablement Me Wade et le Pds

Le problème du Sénégal, c’est incontestablement Me Wade et le Pds

«La priorité des priorités : se faire réélire en 2007», tel est le titre du chapitre IV de mon livre banni des frontières nationales1. Je l’introduisais en ces termes :

«Me Wade a accédé à la magistrature suprême à l’âge de 74 ans, pour un mandat de sept ans. C’est à cet âge – il convient de le rappeler sans cesse – que le président Senghor a volontairement choisi de quitter le pouvoir. À la fin de son septennat, Me Wade sera officiellement âgé de 81 ans. Selon certains observateurs, il en aurait deux ou trois de plus. Nombre de Sénégalaises et de Sénégalais croyaient qu’il allait rapidement mettre le pays au travail, lui imprimer les changements et les ruptures attendus, terminer son mandat en apothéose et sortir par la grande porte. Il ne serait pas alors très loin d’un Mandela et le pays gagnerait encore en crédit et entrerait presque de plain-pied dans le concert des plus grandes démocraties du monde. Malheureusement, les Sénégalaises et les Sénégalais ont très vite déchanté : ils ne tardèrent pas à découvrir, non pas un homme d’Etat soucieux de respecter ses engagements et de développer le pays, mais un politicien soucieux d’abord, malgré son âge assez avancé, d’assurer déjà sa réélection en 2007. Il s’attela, au grand jour, avec son ministre directeur de cabinet d’alors (devenu aujourd’hui son pire ennemi), à mettre en place sa stratégie, prioritaire par rapport à toutes autres considérations.»

C’est cette stratégie qui a été et est encore l’épine dorsale de toute sa «politique». Me Wade est ce qu’il est : un politicien pur et dur, qui ne vit que pour et par son turbulent Pds. Ses actes et ses déclarations de tous les jours ont des soubassements partisans et politiciens. Il est incapable de montrer un autre visage. Deux hommes qui l’ont bien connu, sentaient déjà ce mauvais côté de Me Wade et nous en ont administré un avant-goût : Habib Thiam à travers son livre Par Devoir et par Amitié (Éditions du Rocher, 2 001) et le Président Abdou Diouf qui, excédé par les dérives de l’homme, l’a interpellé une fois en plein Conseil des ministres en ces termes cinglants : «Monsieur le ministre d’Etat, vous n’êtes pas un homme d’Etat : je vous retire la parole !» Le journaliste politologue Babacar Justin Ndiaye va dans le même sens quand, parlant de Me Wade, il lance cette formule pertinente : «La différence entre l’homme politique et l’homme d’Etat, c’est que l’homme politique se soucie de la prochaine élection, alors que l’homme d’Etat se soucie de la prochaine génération.»

Pendant plus de sept ans donc, Me Wade nous abreuve de politique, de politique politicienne. Toute la vie du pays est réglée au rythme de celle du Pds. Or, avec ce parti, c’est la guéguerre, toujours la guéguerre, encore la guéguerre. Le Pds, c’est toujours des guerres fratricides : bras de fer Idrissa Seck-Aminata Tall, Idy-Ousmane Ngom, Idy-Farba Senghor, Wade-Idy, Wade-Macky. Sans compter les conflits interminables qui opposent les seconds couteaux. On se souvient encore de la première sortie à la télévision de Me Wade, immédiatement après sa réélection provisoire. Je ne m’appesantirai pas sur ce malheureux événement, qui avait sérieusement inquiété plus d’un Sénégalais. Ce jour-là, nous avons découvert un Me Wade plus politicien et plus revanchard que jamais, un Me Wade qui faisait lui-même de graves révélations sur le lourd différend financier qui l’oppose à son «fils d’emprunt». Comme si une force irrésistible l’y poussait.

Depuis lors, rien de nouveau. C’est toujours des guerres de positionnement au sein du Pds, qui rejettent au second plan toute la vie administrative du pays. «Je vais reprendre en main mon parti», entend-on souvent dire Me Wade. Que ne reprend-il pas enfin en main le pays tout entier, qui en a tant besoin ! Cet homme-là a quand même 82 ans au moins et exerce, depuis dix mois, son second mandat. S’il tient vraiment à réaliser ses mille et un grands projets (sept trains à grande vitesse, tramways, bateaux-taxis, canal du Baol, travaux d’assainissement de Touba et des autres capitales religieuses, nouvelle capitale nationale, aéroport de Diass, etc), il doit s’éloigner un peu plus de son Pds et remettre sans tarder le pays au travail.

Malgré le calvaire qu’il nous fait vivre, Me Wade se prend pour un grand chef d’Etat, comme le sont Georges Bush, Nicolas Sarkozy, Angela Markel, etc. Il a donc le devoir, à l’image de ses pairs-là, de se comporter comme tel. Il ne pourra malheureusement pas : il est incapable de se débarrasser de sa carapace de politicien. Pourtant, il est grand temps qu’il y parvienne car, même en Afrique, ses nombreux courtisans auront bien du mal à nous indiquer un seul chef d’Etat sérieux, qui gère au quotidien un parti politique. Même Lansana Konté ne gère plus directement son parti. Amadou Toumani Touré, Blaise Compaoré, John Kufuor, Thabo Mbeki et de nombreux autres chefs d’Etat africains travaillent sans tambour ni trompettes, loin des paralysants partis politiques.

En tout cas, je reste profondément pessimiste, quant à l’éventualité d’un passage de Me Wade, de son statut de politicien pur et dur à celui d’homme d’Etat, soucieux d’abord de l’avenir des générations futures. Ses relations avec les confréries et principalement avec Touba, ne sont pas loin de me confirmer dans mon pessimisme. Au début de ce texte, j’évoquais la stratégie que lui-même et son ancien ministre directeur de cabinet avaient tôt mise en place, pour assurer sa réélection en 2007. C’est dans le cadre de cette stratégie qu’il avait, au grand jour et sans état d’âme, remis au goût du jour la détestable transhumance. La même stratégie explique son choix confrérique que de nombreux compatriotes ont eu à dénoncer, parfois avec la plus grande vigueur. Et ils ont certainement raison car, dès le début de son septennat, Me Wade s’est empressé d’afficher nettement son appartenance à la confrérie des mourides. Personne ne lui conteste d’ailleurs d’être adepte de la confrérie de son choix ou de n’en avoir pas du tout. Ce qui est moins supportable, c’est le caractère ostentatoire et manifestement intéressé du choix du président Wade. Ce qui est à la limite choquant, ce sont les instruments et les symboles de la République qu’il utilise, pour que tous les mourides sachent qu’il est des leurs et votent, le moment venu, pour lui et sa majorité. Sinon, personne n’a le droit de s’occuper de ce qu’il fait à titre privé : qu’il rampe alors, se prosterne ou manifeste son mouridisme de quelque autre manière que ce soit, cela ne regarde que lui.

Après le rappel à Dieu du très regretté Serigne Saliou Mbacké, la télévision nationale nous a annoncé que le président de la République est allé faire acte d’allégeance au nouveau khalife général des mourides. Elle nous l’a effectivement montré, se prosterner devant Serigne Ahmadou Lamine Bara et s’asseoir par terre. Pourtant, le nouveau khalife a essayé de lui éviter le sujjóot et de lui faire l’accolade. Rien n’y a fait : le Président a insisté pour se prosterner et se mettre à terre, alors qu’un fauteuil lui aurait été indiqué. Comme, de mon point de vue, Me Wade ne peut se comporter qu’en politicien, je crois, jusqu’à preuve du contraire, que sa préoccupation était principalement d’envoyer un signal aux mourides, pour les assurer qu’il reste toujours humble talibé, quel que soit le khalife en exercice. N’oublions pas que nous avons les élections municipales, régionales et rurales dans cinq mois, si Me Wade ne les renvoie pas une deuxième fois. N’oublions surtout pas qu’il va mettre tout en œuvre pour passer le témoin à son fils en 2012 et que, pour la réalisation de cet objectif titanesque, il a besoin de l’appui des chefs religieux, et principalement du khalife de Touba.

On ne peut pas aborder le mouridisme du président de la République, sans évoquer la très médiatique et très spectaculaire «réconciliation» avec son «fils» Macky Sall. Le vendredi 4 janvier 2008, nous avons assisté à une véritable mise en scène. De ce cinéma, on peut retenir au moins quatre constats :

- Les Libéraux nous ont présenté le conflit qui opposait Me Wade au président Macky Sall comme une véritable crise entre l’Exécutif et le Législatif, au point qu’ils ont même brandi l’article 52 de la Constitution, présenté comme une «arme nucléaire». L’heure était donc, à leurs yeux, très grave, comme peut-être lors des événements du 17 décembre 1962. Voilà qu’ils reviennent, comme par enchantement, pour nous faire avaler que, sur demande du nouveau khalife général des mourides, Me Wade a pardonné à son «fils» et que ce dernier peut continuer à assurer tranquillement la présidence de l’Assemblée nationale. Serigne Bara Mbacké a certainement fait son travail de régulateur social. De ce point de vue, il n’y a peut-être rien à dire. Cependant, il est au moins prouvé, dans cette affaire, que la Constitution et l’ensemble des autres lois et règlements ne valent pas un sou devant la volonté du nouveau khalife de Touba. Cela voudrait peut-être dire que si, demain, simple hypothèse, le khalife demandait au talibé Wade de nommer X ou Y ministre ou ambassadeur, de sortir de prison M ou N, il se serait exécuté sans état d’âme !

- Macky Sall a été proprement humilié et a accepté passivement cette humiliation. Il a toujours clamé son innocence, il ne reconnaissait aucune faute et ne pouvait, par conséquent, accepter de démissionner. Pourquoi donc serait-il allé voir le nouveau khalife de Touba et d’autres chefs religieux (Me Madické dixit), pour reconnaître sa faute et implorer le pardon de Me Wade ? Le pouvoir doit être sans doute irrésistiblement attrayant. Sinon, comment Macky Sall a-t-il pu accepter de se laisser humilier publiquement, devant ses pires ennemis aux anges ? Comment a-t-il pu, ce jour-là, en rentrant à la maison, regarder son épouse et ses enfants les yeux dans les yeux ?

- Les retrouvailles du 4 janvier ne le seraient que de façade. Les sorties tonitruantes et apparemment déterminées du «fou du village», Farba Senghor, sont à prendre très au sérieux. Farba est un petit maure ; tout ce qu’il raconte, il le tient sûrement de la tente de ses parents. Me Wade n’accorderait qu’un maigre sursis au pauvre Macky, qui finira tôt ou tard par être broyé par l’impitoyable machine libérale.

Il faut qu’on cesse de parler, quand il s’agit de la République -sommes-nous d’ailleurs en République ?- de fils et de père. La République ne connaît que des citoyens, avec leurs droits et leurs devoirs. Ni Macky Sall, ni Idrissa Seck, ni aucun autre membre du Pds n’est le fils de Me Wade. Ce dernier n’en a qu’un, et un bien chéri, bien gardé au chaud : Karim Meïssa Wade, qu’il prépare consciencieusement à sa succession. Si Macky était son fils, il ne lui aurait pas infligé l’humiliation du 4 janvier 2008. Si Idrissa Seck était son fils, il ne l’aurait pas jeté en prison en juillet, par des temps de 37 à 40 degrés à l’ombre. Donc, trêve de balivernes, messieurs les Libéraux ! Si vraiment j’étais de taille à donner un conseil au nouveau khalife de Touba et à son entourage, ce serait de lui demander humblement se méfier, comme de la peste, des millions, des 4x4 rutilants, des passeports diplomatiques et des nominations faciles de Me Wade. Je doute sincèrement de la sincérité de son mouridisme. Yalla rek a xam. Cependant, jusqu’à preuve du contraire, je crois que Me Wade se sert plus du mouridisme qu’il le sert. Par ses comportements partisans, maladroits et politiciens, il a «réussi la prouesse» de faire aujourd’hui de cette confrérie, une cible. En particulier, ses interférences intempestives dans les affaires de la confrérie, ont eu pour conséquences fâcheuses de retarder la réalisation de tous les objectifs que celle-ci s’était fixés2. Si, jusqu’à présent, la mosquée de Gouye Masalik al jinaan attend d’être construite, c’est principalement sa faute, celles de son fils et de Papa Diop. Les mourides s’étaient engagés à la construire et ils en ont largement la foi et les moyens. Me Wade, son fils, Papa Diop et Madické Niang sont venus tout remettre en cause, par leurs promesses démagogiques et leur volonté malsaine de tout récupérer.

Me Wade a également retardé les grands travaux de Touba. C’est dommage, bien dommage que Serigne Saliou n’ait pas eu le plaisir d’étrenner au moins trois, quatre, cinq ou peut-être encore plus d’artères goudronnées de Touba, avant le rappel auprès de son Seigneur. C’était bien possible, avec les premiers dix milliards qu’il avait dégagés, et auxquels viendront s’ajouter cinq à huit autres, dit-on dans la ville sainte. Dès que le très regretté Serigne Saliou avait annoncé ce projet, des mourides avaient commencé à déverser des camions de béton à Touba. Un seul grand talibé s’était engagé à participer pour mille camions. Avec 15 à 18 milliards de départ, nous étions en mesure, avec toute notre foi vigoureuse qui peut soulever l’Himalaya, de réaliser une bonne partie des grands travaux de la ville sainte. A tout moment, nous étions en mesure de mobiliser des dizaines d’entrepreneurs, d’ingénieurs de toutes catégories, d’urbanistes, de géographes, etc. Le Président Wade pouvait alors intervenir, pour apporter l’appui de l’Etat, en prenant en charge l’assainissement ou toute autre partie des travaux.

Aujourd’hui, il a certainement entamé les travaux, mais nul ne sait quand il va les terminer. Des gens se posent aussi des questions sur les milliards qu’il avait réussi à se faire remettre par le khalife, avec l’aide de ses hommes-liges de l’entourage du saint homme. L’argent aurait été restitué à ce dernier, avant le rappel vers son Seigneur. Est-ce vrai ? Je n’en sais rien. En tout cas, à ce propos, certains talibés n’osent pas exprimer publiquement ce qu’ils craignent. Et moi avec eux, d’ailleurs.

Je faisais état plus haut de mon pessimisme et de mes sérieuses réserves chaque fois qu’il s’agit de Me Wade et de ses agissements. Je ne démordrai jamais de l’idée qu’il est plus politicien que mouride. Il a été très tôt établi, dès ses premiers actes, que sa gouvernance allait être marquée du sceau de la confusion des genres. Je n’aurais jamais cru, cependant, que le politicien Wade pouvait aller jusqu’à prendre la très grave responsabilité de faire du Khalife général des mourides, le très détaché, très humble et très pieux Serigne Saliou Mbacké, la tête de liste du Pds à Touba Mosquée. Il l’a effectivement fait lors des élections régionales, municipales et rurales du 12 mai 2002. Pour simplement prévenir toute autre liste rivale, sachant qu’aucun autre parti n’oserait se présenter contre le khalife. Les mourides ont donc connu la surprise de leur vie : à la «Une» de Sud quotidien du mercredi 13 mars 2002, ils découvrent avec stupeur cette terrible nouvelle : «Serigne Saliou Mbacké dirige la liste Pds de Touba.» Dans l’édition du lendemain du même journal, ils lisent, avec la même stupeur, toujours à la Une : «Tête de liste de Touba : le khalife général se désiste.» Chacune de ces deux éditions était illustrée, en très bonne place, par la photo du vénéré khalife. Quel sacrilège !

Pourtant, Me Wade savait parfaitement que, dès le début de son califat en 1990, le saint homme avait nettement tenu à marquer son territoire qui se limite, précisait-il, à Dieu, à son Prophète Mohamed et à Serigne Touba Khadim Rassoul. «En dehors d’eux, avait-il martelé sans ambages, je n’agirai ni dans un sens ni dans un autre.» Et il a vécu, depuis lors, jusqu’au rappel à son Seigneur, conformément à cet engagement, détaché des choses futiles d’ici-bas. Peu lui importait donc de diriger quelque structure que ce soit, surtout une communauté rurale.

Me Wade a toujours travaillé pour le dégager de cet engagement. En plus de la forfaiture que nous venons de rappeler et que nous rappellerons toujours, Me Wade parade dans des doxantu (promenades folkloriques en caravane) à travers la ville sainte. Il a réussi, avec la complicité de ses pions Mahtar Diakhaté et les autres, à faire de «Kër Sëriñ Tuuba» (la résidence des hôtes du khalife), le siège du Pds et de la capitale du mouridisme, la capitale politique du Sénégal. Du Pds tout au moins. On peut multiplier à l’envi les exemples où Me Wade met très en mal la cohésion nationale, la démocratie, la laïcité, la République. Le Président Diouf, le Premier ministre Habib Thiam, le journaliste politologue Babacar Justin Ndiaye ont bien raison : Me Wade n’est pas un homme d’Etat. Et il y a peu de chances que, avec certains hommes qui l’entourent, il le devienne un jour. On a entendu l’un d’entre eux, un certain Yaya Sakho, invité de Walf Tv le samedi 5 janvier 2008, affirmer sans ambages et sans précaution aucune, que «Touba est acquis au président de la République» et que «Serigne Moustapha Saliou n’est pas important, ne représente rien». Il existe de nombreux autres Yaya Sakho dans l’entourage du Président Wade et au sein du Pds. Nous sommes habitués désormais au slogan «Me Wade est la seule constante, tous les autres sont des variantes». Voici d’autres morceaux choisis que l’on entend des Libéraux : «Me Wade, c’est notre thermomètre : s’il dit qu’il fait froid, nous tremblons ; s’il dit qu’il fait chaud, nous transpirons.» (Papa Samba Mboup) ; «Baayfaali ablaay Wadd lañu : lumu ñu sánt ñu def, lumu ñu tere ñu bayyi» (le député Malick Guèye) ; «Le groupe libéral et démocratique est à l’Assemblée nationale pour défendre les intérêts de Me Wade.» (le député Moussa Sy), «J’étais son serviteur (celui de Macky) tant qu’il répondait des instructions du président de la République à l’Assemblée nationale.» (président Doudou Wade).

Me Wade est déjà, pour le Sénégal, un sérieux problème. Il devient un véritable danger public, entouré d’hommes et de femmes de l’acabit de ceux qui ont tenu les propos ci-dessus évoqués. Il devient, dès lors, un impérieux devoir pour chacun et pour chacune d’entre nous, de travailler d’arrache-pied pour débarrasser notre pays de cette race d’individus, qui le tiennent en otage depuis le 1er avril 2000.

1 Il s’agit de Qui est cet homme qui dirige le Sénégal ?, L’Harmattan, mai 2006, 310 pages.

2 Me Wade s’est même permis de s’interposer, à Arafat, entre Dieu et Ses fidèles, en remettant devant la télévision, des liasses de 10 000 francs Cfa à Moustapha Guèye, Commissaire général au pèlerinage à la Mecque.

Mody NIANG / modyniang@arc.sn -

Posté par ramaka à 23:34 - Commentaires [10] - Permalien [#]

01 janvier 2008

Lettre ouverte aux compatriotes et pan africanistes du Sénégal

images

Très chers compatriotes

Wade et la Commission Européenne mènent le même combat contre la CEDEAO
Après avoir publié un texte intitulé « Que cache Wade derrière sa nouvelle fibre pan africaniste ? » le 12 Décembre 2007, je me permets, aujourd’hui, de vous écrire cette lettre, à propos de votre engagement dans sa campagne, contre la signature des « Accords de Partenariat Economique » (APE) avec la Commission de l’Union Européenne, le 31 Décembre 2007.
Vous conviendrez avec moi que, quand vous voulez justifier votre engagement, dans cette campagne, à partir des luttes, que vous et nous avions menées , chacun dans son terrain spécifique, pour amener tous les Chefs d’Etat en Afrique à refuser de signer les APE, je me trouve dans l’obligation morale de vous répondre.
En fait, je crois qu’il y a un très gros mal entendu sur le refus de signature des APE, que Wade entretient à dessein, jusqu’à parvenir à embarquer dans sa « croisade contre les APE » des hommes et des femmes de votre trempe.
En effet, il est de notoriété publique, que tous les Chefs d’Etat d’Afrique ont accédé à la requête des « forces vives africaines organisées » pour refuser, dans un bel élan d’unanimité, qui fera date dans l’histoire des peuples, de signer les APE, dans le contenu que l’Union Européenne leur a donné.
Tout le monde aussi sait, que c’est pour contrer ce refus historique Africain, que la Commission Européenne a concocté des « Accords intérimaires » avec, non plus tous les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, ( ACP), mais seulement avec ceux d’entre eux qui ne font pas partie de la catégorie de Pays les Moins Avancés, ( pays non PMA), qui ont refusé de signer les APE.
Ces « accords intérimaires » doivent permettre l’exportation, sans restriction quantitative, ni payement de douanes, de produits européens dans ces pays ACP non PMA,
Les pressions sur tous les pays ACP, par région de négociation, pour qu’ils signent les APE au plus tard le 31 Décembre n’ayant rien donné, la Commission Européenne s’est donc rabattue sur les pays ACP non PMA, dont les exportations sont surtout orientées vers l’Europe, pour leur imposer de choisir entre la signature « d’Accords intérimaires », ou le payement de droits et taxes pour leurs exportations vers le marché des pays de l’Union Européenne.
Un pareil chantage de la part de la Commission Européenne ne pouvait pas tenir longtemps dans l’opinion publique européenne et du monde entier, s’il y avait une volonté manifeste de nos Chefs d’Etat de la combattre, pour proposer, à leurs places, l’octroi, à ces pays, du « Système de préférence Généralisée améliorée » ( SPG plus), qui leur permettrait, sans aucune contrepartie, de continuer à exporter vers l’Europe, sans payer de taxes, malgré leur refus de signer les APE.
Nous, au PIT, avons déploré que la mobilisation et la solidarité africaine des « forces vives organisées » de notre région Ouest africaine, qui avaient prévalu pour amener nos Chefs d’Etat à refuser de signer les APE, n’ont pas été renouvelées, pour aider les pays ACP non PMA, de notre région, à résister au « chantage honteux» de la Commission européenne.
Nous n’avons pas été capables, par la mobilisation de l’opinion publique européenne, d’amener cette Commission à renoncer, au profit du SPG plus, à ces « Accords intérimaires », qui de toute évidence, sont en contradiction avec l’engagement européen de soutenir l’intégration régionale de nos économies, comme un moyen de réaliser l’Unité économique et politique de l’Afrique.
Donc, bien avant la rencontre Euro Africaine de Lisbonne, l’opinion publique était édifiée sur le refus des Etats d’Afrique de signer les APE, et savait que la Commission européenne était entrain de tordre la main des Etats ACP non PMA, pour signer les « accords intérimaires ».
Dans ce contexte, le bon sens voudrait que l’on s’interroge sur l’opportunité d’ouvrir, à nouveau, un « front de lutte anti APE », et non pas un « front de lutte anti accords intérimaires pour un SPG plus », et sur les raisons qui ont présidé à un tel choix.
Pour répondre à une pareille interrogation qui concerne le Sénégal, il est nécessaire de prendre en compte les problèmes auxquels Wade est actuellement confrontés.
C’est d’abord et avant tout, une sourde colère des populations, laminées par la cherté de la vie.
Il y a ensuite, l’impasse du dialogue social, entre le pouvoir et les organisations syndicales, patronales et du monde rural, et l’absence totale de dialogue politique, entre le pouvoir et l’opposition, sur un fonds de crise grave entre l’Exécutif et le Législatif.
En outre, au crépuscule de sa carrière politique, il assiste à la dégradation continue de son image au Sénégal et en Afrique, malgré les nombreuses « médailles de démocrates » qui lui ont été décernées par complaisance, et souvent au prix fort.
Enfin et surtout, il fait face aux exigences, de la plus part des forces vives de la nation, de tenir des « Assises nationales », pour sortir notre pays de la grave crise institutionnelle, politique, économique, et sociale, et pour mettre fin à sa politique de remise en cause répétée de la laïcité de notre l’Etat, qui est au fondement de la convivialité de nos communautés.
C’est en prenant la pleine mesure de cette grave situation intérieure, que nous, au PIT, en avons tiré la conclusion suivante :
« Wade, qui connaît bien l’engagement anti colonialiste et pan africaniste des forces vives organisées de notre pays, a voulu, en créant la confusion sur le refus des APE, exploiter, d’une manière outrancière, cet engagement, pour les détourner des problèmes du pays, et des préoccupations pour la tenue des « Assises nationales » à laquelle elles sont entrain de travailler ».
Cependant, ce qui est encore plus grave pour le Sénégal et l’Afrique dans cette « croisade » de Wade, ce sont les risques d’implosion qu’elle fait courir à l’UEMOA et à la CEDEAO, en parfaite contradiction avec ses professions de foi pan africaniste.
En effet, le Comité interministériel de suivi des négociations avec la Commission européenne, des 15 Etats membres de la CEDEAO et de la Mauritanie, s’est réuni à Ouagadougou le 17 Décembre 2007, pour confirmer le rejet des APE, reconduire la Commission CEDEAO dans ses fonctions de « négociateur » au nom des Etats de la région Ouest Africaine, et lancer un appel pour « soutenir et encadrer » la côte d’Ivoire et le Ghana, dans la mise en œuvre des « Accords intérimaires » que la Commission Européenne leur a imposés.
Mais, dés le lendemain, le 18 Décembre 2007, Wade réunissait, dans son Palais présidentiel, un aréopage de forces vives de la Nation, pour les « sensibiliser » sur la nécessité de créer un vaste mouvement au tour de sa personne, « porte parole auto proclamé » de l’Afrique, pour refuser la signature des APE ». (Selon la relation du quotidien le « Soleil » du 27 Décembre 2007 qui a publié intégralement son intervention).
Pis encore, il a réclamé, à cette occasion, le remplacement de cette Commission de négociation avec l’Union Européenne, par la Commission de l’Union africaine, sous prétexte du « respect nécessaire du parallélisme des formes » avec la Commission Européenne qui négocie au nom de l’Europe.
De ce fait, il est devenu parfaitement clair, que Wade veut fragiliser la CEDEAO, en faisant pareille réclamation.
Il est évident, que tout ce qui va dans ce sens, ne peut en aucun cas favoriser la matérialisation de notre rêve d’unité économique et politique de l’Afrique, à travers l’organisation de puissants regroupements régionaux, dans une approche dite « par cercles concentriques ».
Cette approche s’est avéré être la voie la plus objective dans cette direction, en particulier, depuis l’échec du forcing de Wade et de Kadhafi pour imposer un « Gouvernement » pour l’Afrique, lors du dernier sommet de l’Union Africaine (U A) à Accra.
Un « Gouvernement » pour l’Afrique, avant un Parlement Africain élu au suffrage universel qui en assure le contrôle, est une tentative d’instaurer un pouvoir personnel sur le continent, au nom de la nécessaire « Unité Africaine », qu’aucun démocrate pan africaniste ne saurait cautionner.
C’est pour cette raison que, pour éviter que ceux qui négocient avec l’Union européenne ne soient pas hors de contrôle des Etats et de peuples concernés, que le consensus s’est fait autour de l’idée des régions de négociation, dont six pour l’Afrique, pour mettre fin à la tyrannie de « bureaucrates » qui, à Bruxelles, négociaient avec l’Union Européenne au nom de tous les Etats ACP, lors des précédents accords.
Ainsi, sous couvert d’un « pan africanisme ombrageux », Wade vise, en fait, l’objectif de confier à une « bureaucratie africaine », qu’il rêve d’avoir sous son contrôle à force d’agitation, le soin de négocier avec l’Union Européenne, pour enlever toute influence des forces vives organisées de notre région, sur elle, et sur l’issue des futures négociations, comme ce fut le cas avec les APE.
Mais, ce qui est encore plus inquiétant, c’est quand il réclame, en termes à peine voilés, l’exclusion de la Côte d’Ivoire de l’UEMOA, pour « crime de signature des accords intérimaires ».
Pour justifier une pareille exigence, Wade, lors de cette réunion, a affirmé que « ceux qui ont signé ces accords sont, de jure, exclus des Unions », puisqu’ils constitueraient « un danger » pour la survie de celles ci, du fait d’une concurrence déloyale, par ce que inégale, que les produits européens, par leur faute, vont faire subir à nos produits locaux dans nos marchés sous régional et régional.
Cette position ne repose sur aucun fait d’analyse, pour peu que l’on prenne en compte les textes qui régissent l’UEMOA, que Wade ne peut pas ignorer, sans se disqualifier sur cette question.
En effet, le traité de l’UEMOA dispose, que les produits, qui peuvent circuler dans notre marché sous régional, doivent obéir à l’un des deux critères que sont : être un « produit du cru », ou d’avoir respecté la « règle d’origine », c'est-à-dire, être fabriqué localement dans un pays membre.
Puis qu’aucun produit importé d’Europe ne peut répondre à l’un ou l’autre critère, il ne peut aucunement circuler dans le marché sous régional, sans payer les droits et taxes institués dans la Communauté.
Donc, dans le court et les moyens termes, la signature de ces « accords intérimaires » ne peut pas constituer une menace pour le marché de l’UEMOA, pour peu que la Commission instituée à cet effet pour l’agrément des produits, continue de faire son travail qu’elle fait encore admirablement.
Au contraire, ce sont les marchés des pays signataires de ces « accords intérimaires », qui vont subir la concurrence déloyale des produits européens.
C’est compte tenu de cette situation, que le Comité de suivi a lancé, à Ouagadougou, son appel pour «aider et accompagner » la Côte d’Ivoire et le Ghana, pour qu’ils parviennent à minimiser les effets, néfastes pour leurs produits, de la mise en œuvre de ces « accords intérimaires », et consolider ainsi l’UEMOA et la CEDEAO, rudement mises à l’épreuve par la Commission de l’Union Européenne.
Mieux , le PIT estime, que cet « accompagnement » devrait aussi se traduire par la mise en route d’un large rassemblement des forces vives organisées, au Sénégal et dans notre région Ouest africaine, pour créer, en Europe, une forte opinion publique, capable d’imposer leur annulation, en faveur de l’octroi du « SPG plus » aux pays ACP non PMA.
Seul l’aboutissement heureux d’une telle bataille peut créer de meilleures conditions de négociation, d’égal à égal , avec la Commission Européenne, dans 18 mois, comme convenu entre L’Europe et l’Afrique, et non l’agitation stérile, mais dangereuse pour l’Afrique, que Wade est en train de développer contre les APE, en abusant les patriotes et pan africanistes de notre pays..
A quoi nous appelons, est donc tout à fait le contraire de la « croisade » de Wade, à laquelle vous avez décidé de participer.
Connaissant parfaitement votre engagement dans la lutte pour plus de justice sociale dans notre pays, et pour la matérialisation de notre idéal commun de l’unité économique et politique de notre continent, je ne peux que déplorer cette perte gigantesque de votre énergie dans cette entreprise, qui est manifestement une diversion politique de haute voltige, dont seul Wade a le secret.
C’est ainsi qu’il faudrait aussi comprendre, les raisons de sa dernière sortie fracassante, de retour de son voyage de France, depuis le salon d’honneur de l’Aéroport Léopold Sedar Senghor à Dakar, pour dénoncer la non extension du « Traité de Schengen » aux Etats africains, de la même manière que l’ Union Européenne a procédé en faveur des nouveaux pays Européens membres de cette Union.
Une telle critique est tout à fait renversante, quand elle vient d’un Chef d’Etat, qui a été le seul en Afrique, à avoir signé avec Sarkozy, « les accords de la honte » pour rendre opérationnelle son option anti Africaine, à la limite du racisme, surnommée « immigration choisie », que Wade cache derrière le vocable « immigration concertée ».
Cependant, jusqu’à présent, il a excellé à instrumentaliser, alternativement, les attentes des grandes puissances envers l’Afrique, et les frustrations des Africains envers l’Europe, pour se positionner personnellement, dans sa recherche effrénée de leadership sur le continent.
Ce comportement l’a très souvent mis en mal avec ses pairs, et même, il n’y a pas si longtemps, avec le mouvement alter mondialiste, sur la question de l’annulation de la dette des pays en développement, et de l’obligation historique des pays développés d’accroître l’Aide Publique au Développement en leur faveur.
A y voir de plus près, dans sa « croisade anti APE » et l’exploitation abusive qu’il veut faire de la signature des « accords intérimaires » contre la Côte d’Ivoire, il mène, en fait, le même combat que la Commission Européenne, contre la CEDEAO et l’UEMOA, pour avoir été, jusqu’à présent, incapables de la soumettre à leur volonté respective.
C’est pour toutes ces raisons que, pour le PIT, le seul rassemblement et le seul combat qui vaillent pour l’intérêt du Sénégal et de l’Afrique, est de mettre en échec ces manœuvres de Wade.
Elles n’ont d’autres objectifs que de le maintenir encore au pouvoir, le temps qu’il lui faudra, pour finaliser son projet de faire de son fils son successeur à la tête de notre pays, en instrumentalisant l’engagement anti colonial et pan africaniste des forces vives de notre pays, abusés par ses proclamations de foi pan africaniste.
C’est pour cela, que je ne peux que regretter votre participation à cette « croisade », qui va être aussi une nouvelle occasion de dilapidation du peu de ce qui reste encore de nos maigres ressources nationales, pour lui créer une nouvelle cour, au moment même où, notre peuple croule sous le poids de la cherté galopante du coût de la vie, et réclame la diminution du train de vie dispendieux de l’Etat, pour financer la baisse les prix.
Il n’est pas trop tard pour se ressaisir et consacrer toutes nos forces, dans notre pays pour la tenue des « Assises nationales » et, en Afrique et en Europe, pour « soutenir et accompagner » la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’UEMOA et la CEDEAO, contre les agressions de Wade et de la Commission Européenne.

Fraternellement, votre compatriote

Ibrahima Sène du PIT/Sénégal

Posté par ramaka à 14:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

A LA FNAC : Et si Latif avait raison !

Aper_u_de__Et_si_Latif_avait_raison____Joseph_Ga__Ramaka__DVD___Vid_o_sur_Fnac

Posté par ramaka à 14:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 novembre 2007

Le combat du peuple - par Abdou Latif Coulibaly

Stoïques, les Sénégalais subissent sans dire mot les affres d'un système, tentant de se parer des atours de la démocratie pour se (re) fonder une légitimité totalement perdue. Le massacre institutionnel auquel il se livre, la violence verbale et parfois physique avec lesquelles il se déploie dans l'univers politique national donnent froid au dos. Cela rappelle d'autres régimes politiques, en d'autres temps et en d'autres lieux. Jusqu'à quand durera le stoïcisme ou l'indifférence des Sénégalais ? Nul ne sait. Pourtant, chaque jour le régime déroule un numéro plus loufoque et plus dramatique que les précédents, dans sa manière de conduire les destinées du pays. Le ridicule n'étonne plus. Le grotesque non plus. Le dernier épisode de la série est sans conteste « l'affaire Macky Sall ».

Source : Sudonline

La presse a révélé que le Chef de l’Etat reproche au président de l’Assemblée nationale le fait d’avoir fait convoquer son fils pour le faire entendre par la représentation nationale, afin que l’Agence nationale pour l’Organisation de la conférence islamique (Anoci) qu’il dirige par la seule volonté de son père, rende compte à la Chambre des députés de ses activités de gestion. Et en cela, indique Me Abdoulaye Wade, Macky Sall aurait commis une faute politique grave qui se paie cash. Les échanges intervenus entre l’ancien Premier ministre et le chef de l’Etat, rappelle une triste histoire ayant eu cours dans le Palais de Mobutu Sessé Seko à Gbadolité. La fille de Mobutu fête son anniversaire dans le palais, alors que le maréchal vient à peine d’en prendre possession. L’intendant en chef du palais en charge de l’évènement prépare avec le Cabinet du Premier ministre la fête. Le gâteau est préparé en Belgique. Un avion spécial doit transporter le gâteau et certains convives venus d’Europe à Gbadolité. L’avion se pose sur la tarmac de l’aéroport de Gbadolité avec plus d’une heure de retard, à minuit passé. La fille du maréchal a dû souffler sur un gâteau fait localement. Scandale d’Etat. L’intendant du Chef du palais est congédié. Le Premier ministre est convoqué d’urgence au palais présidentiel à Gbadolité. Il doit s’expliquer devant le maréchal. Que reproche-t-on au chef du gouvernement ? La défaillance des services de l’Etat, dans le processus de préparation de la fête, ce qui aurait expliqué le retard accusé par l’avion dans l’acheminent du gâteau d’anniversaire. La famille de Mobutu est furieuse. Elle exige et obtient du parrain le renvoi du Premier ministre qui aurait commis une faute de jugement grave sur l’organisation des services de l’Etat. Cette histoire, somme toute banale, dans la Saga Mobutu, m’a été contée par Sakombi Inongo, un ancien ministre de Mobutu, en juillet 2004 à Kinshasa, avec qui j’avais l’avantage de présider une session d’un symposium africain, consacré au rôle des media et à l’évolution politique intervenue sur notre continent au cours de ces dernières années. Toutes proportions gardées, sur des registres bien différents, on en conviendra, la destitution programmée de Macky Sall, est à tout point de vue comparable à cette lamentable histoire intervenue dans le palais de l’ancien dictateur zaïrois. Sauf que nous sommes au Sénégal qui, juste, il y a sept ans, pouvait se considérer comme un pays politiquement avancé et où la démocratie pouvait espérer vivre des moments encore plus rayonnants. On mesure aujourd’hui le fossé entre l’espérance d’hier et la réalité. Que constate t-on , sept ans après la survenue de l’alternance à la tête de l’Etat ? Des autorités qui souvent agissent avec arrogance et mépris. Sans aucun égard pour ce peuple. Elles assurent la promotion des médiocres, exècrent les vertueux, foulent au pied le texte et l’esprit de la loi fondamentale. Elles martyrisent, humilient et excluent tous ceux qu’ils considèrent à tort ou à raison comme des ennemis réels ou potentiels. Les responsables de cette tragédie nationale ne reculeront devant rien. Que tout le monde se le tienne pour dit ! Par fausse pudeur, on se garde encore de dire aux Sénégalais que le pouvoir actuel travaille de façon méthodique à assurer la succession du président de la République par son fils. On tente alors de faire croire à la nation, voire au monde que le dauphin en cours de fabrication est un homme brillant et intelligent. Il serait, à en croire les promoteurs de la marque, une chance pour ce pays. Un autre homme brillant et intelligent, c’est, sûrement, le fils du Chef de l’Etat ivoirien, Michel Gbagbo. Il est docteur en psychologie, professeur, assistant au département criminologie de l’Université d’Abidjan. Ce n’est pas à cause de ses seuls titres universitaires acquis dans de prestigieuses universités en France et ailleurs en occident que Michel Gbagbo est présenté comme un sujet brillant et intelligent. Il l’est surtout à cause de la clairvoyance de ses idées et de la manière intelligente de les exprimer. Interrogé par le magazine Matalana dans son édition d’octobre 2007 sur ses ambitions politiques, Michel Gbagbo répond : « (…) je n’aime pas le terme dynastie parce qu’il ne faut pas que la République soit un instrument au service d’une famille (…). Je suis intéressé par la politique, mais je connais mes limites et je dis, un président par famille et par siècle, je pense que c’est suffisant. La Côte d’Ivoire regorge d’intelligences pour pouvoir se donner d’autres présidents. Mais plaise à Dieu que je puisse mettre mon expérience et ma modeste contribution au service de ceux qui sont là. Je ne veux pas être président (…) ». Karim Wade et ses amis souteneurs disent le contraire. Il faut pourtant bien que ceux-là qui lui préparent à la lumière du jour comme dans l’ombre, le chemin de la présidence de la République méditent de tels propos et en fassent un bon usage. Autrement, ils assumeraient une responsabilité historique, en tentant de préparer les conditions d’un chaos politique qui ne les épargneraient pas, si jamais demain, ils voulaient forcer les conditions d’un avènement non désiré par le peuple du fils du Chef de l’Etat au pouvoir. Karim Wade lui-même n’est pas aussi convaincu que ne laissent croire ses supporters qu’il en a l’étoffe. Et c’est aussi sûrement pour cette raison qu’il éprouve tant de mal à se mettre en première ligne et en plein jour, pour assumer publiquement ses ambitions. On a coutume de dire qu’en politique le plus important est ce que l’on cache. Il cache son jeu et ne compte que sur l’unique appui de son père pour assurer son installation à la tête de l’Etat. Le cas échéant, son seul mérite aura été d’être le fils de son père. En dépit des cachotteries inévitables et compréhensibles des initiateurs de la manœuvre successorale, la préparation du fils du Chef de l’Etat pour succéder à son père se pose déjà en termes de débat public. Et on ne pourra pas définitivement occulter ou étouffer un tel débat. La péripétie de la convocation devant l’Assemblée nationale des responsables de l’Anoci et ses conséquences tragiques sur la stabilité de l’institution parlementaire, n’est qu’une forme tragique et caricaturale de ce débat auquel appellent tous les vrais démocrates. Macky Sall incarne, peut être même à son corps défendant, une cause juste qui s’inscrit en droite ligne dans l’idéal de démocratie. Défendre sa posture actuelle qui consiste à refuser de démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale participe d’une logique institutionnelle cohérente et d’un souci de consolider la démocratie. Il est clair qu’en se défendant face aux appétits féroces des fossoyeurs de la démocratie qui s’identifient à travers tous ceux qui, demain, vont engager, toute honte bue, les procédures de destitution du Président de l’Assemble nationale, ce dernier reste en phase avec un peuple qui ne peut comprendre, ni accepter ce qui passe. Avons-nous le droit de faire comme si ce qui arrive à Macky Sall est une juste querelle intra parti, sans incidence sur la marche de cette nation vers le progrès ? En fait, il s’agit de la survie de la démocratie. En réalité, cette violence perpétrée contre les institutions n’est que la traduction de cette double peur qui habitent ceux qui semblent décidés à installer Karim Wade au pouvoir. La première peur ressentie procède d’un manque criard d’assurance de ces faiseurs de roi, quant au profil du candidat et à sa stature d’homme d’Etat capable de conduire le destin d’un pays. La deuxième peur est, liée à l’incohérence de la démarche et de son anachronisme dans le contexte actuel : comment peut-on imaginer un seul moment qu’il soit possible d’organiser au Sénégal, une succession intra familiale à la tête l’Etat ? Et ce parce qu’ils ont doublement peur, que les partisans du Chef de l’Etat et leurs mentors peuvent se montrer particulièrement violents et dangereux ? Il est temps que les patriotes de ce pays qui croient en la supériorité de la démocratie sur toutes les autres formes d’organisation politique, comprennent que le combat n’est pas celui d’un homme. Qui qu’il soit, d’ailleurs ! C’est le combat d’un peuple, pour la sauvegarde de la démocratie.

Posté par ramaka à 20:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 novembre 2007

Enquête - Fbi, Cia et Département du trésor séjournent à Dakar : Les Américains traquent l’argent sale au Sénégal

ENQUETE - Présomption de blanchiment d’argent, trafic de drogue, arrivée de Sudatel … : Les Américains fouillent le Sénégal

Tout le monde avait voulu l’affaire discrète mais une visite des principales structures de l’Administration américaine en charge des affaires de lutte contre le grand banditisme international dans un pays, ne saurait passer inaperçue surtout que la délégation d’agents du Fbi, de la Cia, des départements de la Justice et du Trésor américains s’est montrée très curieuse face aux officiels sénégalais.

Une visite d’officiels américains la semaine dernière, au Sénégal continue de susciter l’émoi dans les plus hautes sphères de l’Etat. Une forte délégation, constituée d’éléments du Fbi, de la Cia, des départements du Trésor et de la Justice des Etats-Unis d’Amérique, a rencontré des responsables des ministères de l’Intérieur et de l’Economie et des Finances du Sénégal. Un haut fonctionnaire qui a pris part aux discussions, s’étonne encore de la précision des questions posées par les Américains. Ainsi, on apprend qu’au niveau de la Place Washington où ils ont discuté avec le directeur de cabinet du ministre d’Etat Ousmane Ngom, absent du Sénégal au moment de la visite des Américains, les questions ont tourné autour de la recrudescence du trafic de drogue dure dans la sous-région d’Afrique de l’Ouest et surtout, des importantes saisies de cocaïne opérées par les forces de sécurité sénégalaises. Les Américains qui partent du postulat que, si une tonne de drogue est saisie, certainement dix autres ont passé à travers les mailles des filets des forces de sécurité surtout avec les frontières maritimes très poreuses du Sénégal. Ils ont montré une grande préoccupation face à la situation du Sénégal qui tend à devenir une des plus fortes plaques tournantes du trafic international de drogue dure. Les agents du Fbi et de la Cia ont évoqué la question du blanchiment d’argent sale éventuellement tiré du trafic de stupéfiants et autres circuits illicites. Ils ont ainsi cherché à être informés des dispositions (déjà prises) ou que le gouvernement du Sénégal compte prendre pour faire face à ce fléau. Sur ce plan, ils ont assuré leurs interlocuteurs de la volonté des Etats Unis d’être aux côtés du Sénégal pour juguler ce phénomène. Mais il n’empêche que le boom immobilier constaté à Dakar et même, dans certaines villes de l’intérieur du pays dont Louga, inquiète les agents fédéraux américains sans compter une certaine surliquidité au niveau de certains établissements financiers de la place.

L’intérêt manifesté par les Américains pour le blanchiment d’argent a aussi occupé les entretiens avec de hauts responsables du ministère de l’Economie et des Finances. La délégation américaine s’est particulièrement intéressée à des «revenus aux origines indéterminées», constatées dans le circuit économique et financier au Sénégal. A cet effet, le contrat signé entre l’Etat du Sénégal et la société soudanaise Sudatel, détentrice d’une nouvelle licence de téléphonie au Sénégal, n’a pas été pour arranger les choses. Sudatel étant sur une liste rouge du département d’Etat américain pour de fortes présomptions de liens avec des milieux terroristes, sa présence au Sénégal ne pouvait pas ne pas attirer l’attention. Ainsi, on apprend que ce nouvel opérateur aurait cherché à lever des fonds à partir de Dubaï pour payer son ticket d’entrée au Sénégal d’un montant de 200 millions de dollars. Somme dont le chèque équivalent a été d’ailleurs remis aux autorités sénégalaises la semaine dernière.

Par ailleurs, les officiels américains ont cherché à éplucher certaines rubriques des comptes publics du Sénégal en s’interrogeant sur la traçabilité de certains dons accordés au Sénégal dans le cadre de la coopération internationale et dont ils ne retrouvaient pas de façon évidente, les écritures. En outre, au détour de certaines discussions, des officiels Américains se sont interrogés sur la «Dubaïsation» de l’économie sénégalaise. Certains de leurs interlocuteurs sénégalais n’ont pas manqué de prêter attention à l’intérêt porté à certaines personnalités politiques sénégalaises. «C’est à croire que les Américains faisaient en même temps une enquête de personnalité», indique une source proche des milieux de renseignements au Sénégal.

Madiambal DIAGNE

Posté par ramaka à 22:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]

FRONT SIGGIL SENEGAL - DES TERMES DE REFERENCE DES ASSISES NATIONALES

FRONT SIGGIL SENEGAL
22 octobre 2007

CONTRIBUTION A l’ELABORATION
DES TERMES DE REFERENCE
DES ASSISES NATIONALES

AVANT PROJET DE TERMES DE REFERENCE
DES ASSISES NATIONALES

CONTEXTE

Depuis la survenue d’une alternance démocratique et pacifique dans notre pays, à l’issue du scrutin historique du 19 mars 2000, les immenses espoirs de changement nourris par le peuple, dans tous les domaines de la vie nationale, ont été déçus l’un après l’autre. A tel point qu’aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire qu’en lieu et place des progrès attendus, le pays vit actuellement une grave régression démocratique, éthique et une crise massive des valeurs.

Le Sénégal va mal, l’écrasante majorité des Sénégalais en souffre quotidiennement et le déplore. Le constat est à la fois unanime et accablant. Ainsi, en 2006 le taux de croissance n’a été que de 2,1 %, le revenu réel par habitant a reculé, le déficit budgétaire a doublé pour passer à 6 % du PIB, tandis qu’en 2007, le pays connaît une inflation galopante, la dette intérieure s’est accrue au point de mettre en péril la survie des entreprises. Le Sénégal risque, au rythme où vont les choses, d’accumuler à nouveau un endettement global excessif, malgré les importants allègements de dette qui lui ont été consentis. Le gouvernement, si prompt à clamer que sa gouvernance est bonne, a écouté sans broncher les bailleurs internationaux lui asséner que « le Sénégal n’a pas encore affiché des améliorations significatives dans quatre domaines principaux » : transparence et gouvernance ; efficacité du gouvernement ; facilité de l’exercice des activités économiques ; et la capacité d’adopter et de s’adapter à de nouvelles technologies à travers l’innovation et le développement humain.

La situation est, en effet, grave et préoccupante ; le pays est en danger et son avenir hypothéqué.

La mal gouvernance a pris racine et s’étend, les scandales ne se comptent plus, le pillage des ressources publiques est systématique, le bradage du patrimoine foncier (CICES, Zone de captage, Diamniadio et le littoral notamment) et bâti de l’Etat se poursuit de manière frénétique.

L’économie nationale se porte mal. Nombre de secteurs et d’entreprises importants sont en crise : l’agriculture, la pêche, le textile, le tourisme, les ICS, le secteur énergétique (notamment SAR, SENELEC), etc.
La paupérisation des Sénégalais s’aggrave et s’étend. Le pouvoir d’achat des travailleurs, des Sénégalais en général, baisse de plus en plus, le chômage est massif et gagne toutes les couches de la population, la famille se délite, la jeunesse rurale désespérée fuit les campagnes qui se vident de leurs forces vives au profit des villes d’où, avec la jeunesse urbaine, elle déserte le pays vers l’Europe, en tentant l’aventure mortelle de l’émigration clandestine.

Malgré tous les moyens prétendument injectés dans l’éducation et la santé, ces deux secteurs vitaux affichent des performances insuffisantes, voire médiocres, et la nation tout entière en subit les conséquences néfastes.

Les valeurs républicaines, laïques et démocratiques sont menacées. La crise est générale: politique, économique, sociale, culturelle et morale.

L’Etat de droit, ou ce que l’histoire nous avait permis de construire en la matière, est maintenant démoli. La démocratie recule, les libertés sont violées, des journalistes arrêtés, les marches interdites, la violence s’installe contre les politiques et les intellectuels. C’est plus que jamais le temps du pouvoir personnel, de l’arbitraire et des constructions anti démocratiques de succession… !

Le processus électoral, dans toutes ses phases, échappe au contrôle des électeurs et des partis de l’Opposition. De ce fait, il a enfanté en 2007 des institutions illégitimes. S’il reste en l’état, il y a tout lieu de craindre qu’il en soit de même lors de prochaines échéances électorales, avec toutes les conséquences négatives, violentes ou tragiques qui pourraient en résulter.

De surcroit, voilà que, le jour même de l’anniversaire du naufrage catastrophique du bateau « Le Joola », le 26 septembre 2007, l’on installe un Sénat monocolore qui, au-delà du débat sur son opportunité, est nommé à 65 % par le Président de la République; et c’est un sénateur désigné par celui-ci qui est appelé à le suppléer en cas de vacance du pouvoir. Ce Président-sénateur aura ainsi « l’obligation morale » de la reconnaissance et devra régenter, sans état d’âme, la finalisation du processus de succession dynastique.

Il est donc manifeste que le pouvoir n’a pas le souci de développer le pays ni d’améliorer les conditions de vie des Sénégalais. Il se préoccupe plutôt de satisfaire les appétits de « la majorité présidentielle », et pour ce faire, le pays tout entier doit subir le train de vie dispendieux de l’Etat (gouvernement pléthorique, Assemblée nationale surpeuplée et mal élue, suite à un boycott observé par près des deux tiers de l’électorat, Sénat nommé aux deux tiers, Conseil de la République ou futur Conseil économique et social), des priorités contestables qui empêchent la satisfaction des besoins populaires et plombent la croissance économique du pays, des détournements colossaux de deniers publics, évidemment impunis et une corruption cancéreuse qui gangrène l’ensemble de la société.

JUSTIFICATIONS

Tous ces éléments doivent amener à réfléchir et à agir.

Tous, ensemble, nous devons nous poser la question de savoir : où va le Sénégal ?

Notre opinion est que le pays se trouve dans une impasse et notre choix est de lui éviter des convulsions douloureuses ; de tenter de l’en sortir par le dialogue, qui est plus conforme à nos traditions, à notre culture, à notre civilisation. Même si, en face, le pouvoir verse dans l’autosatisfaction, s’emmure dans sa tour d’ivoire et refuse de dialoguer avec les Sénégalais, à travers leurs associations, sur les problèmes du Sénégal.

En effet, aujourd’hui, dans notre pays, le dialogue social avec le pouvoir est rompu ou de piètre qualité et le dialogue politique inexistant.

Certains opérateurs économiques nationaux crient leur marginalisation et réclament toute leur place dans notre tissu économique, dans l’attribution des marchés publics, dans le capital des entreprises stratégiques. Mais, le pouvoir fait la sourde oreille et tisse sa toile imperturbablement, vautré dans l’affairisme d’Etat, bradant les grandes entreprises nationales au capital étranger et cédant les autres ressources du pays à une nouvelle couche sociale, minoritaire, parasitaire et insatiable, qu’il a fabriquée de toutes pièces.

D’autres réclament la tenue d’un Forum Economique qui serait un moment d’échanges et de propositions pertinentes pour mieux aider notre pays à sortir de l’ornière. Seul le silence leur répond.

Des acteurs du monde rural souhaitent, depuis quatre ans, la tenue des Etats Généraux du monde rural (agriculture, pêche, élevage, foresterie) et, à ce jour, ils se demandent encore comment se faire comprendre. La dégradation accélérée de l’environnement et la gestion prédatrice des ressources naturelles préoccupent au premier chef les écologistes, qui se heurtent à un mur d’indifférence.

Des organisations de la société civile, de travailleurs et du patronat réclament une amélioration significative de la gouvernance du pays, la transparence dans la gestion des affaires publiques. Il leur a fallu des années pour se faire entendre partiellement, grâce à l’appui des bailleurs de fonds intéressés, et obtenir un nouveau code des marchés. Cependant, aujourd’hui encore, certains parmi eux en sont à déplorer « le retard à la mise en place des structures d’accompagnement de l’entrée en vigueur de ce code ». Du reste, à la sixième réunion du groupe consultatif entre le Sénégal et ses partenaires au développement, tenue à Paris les 3 et 4 octobre 2007, la Banque mondiale a pris le relais en soulignant qu’ « une amélioration significative reste nécessaire au niveau des contrôles intérieurs et extérieurs et de l’exécution du budget, dans les institutions et entreprises appartenant à l’Etat. De même, il convient de déployer plus d’efforts en vue de renforcer la transparence dans la passation des marchés publics, en améliorant le cadre juridique et institutionnel. »

Des associations de travailleurs réclament l’organisation des assises de l’action sociale, pour définir une démarche appropriée face aux phénomènes sociaux qui déchirent ou transforment négativement notre tissu social ; ils ne reçoivent en retour que leur propre écho.

Des syndicats du secteur énergétique trouvent qu’il est impératif de tenir des concertations avec tous les acteurs concernés, pour avoir de nouvelles orientations stratégiques dans leur domaine, où les difficultés sont évidentes, récurrentes ; mais ils ne reçoivent aucun signal favorable. L’énergie est de plus en plus inaccessible aux ménages et aux entreprises de toutes dimensions, le pouvoir se contentant, en la matière, d’improvisations dont tout le monde souffre.

Des organisations syndicales demandent à être écoutées, parce qu’elles ont des idées pour la défense et la viabilité du service public dans le domaine de l’énergie, de l’eau de l’assainissement, de la communication, de la justice, de la poste, de la santé et de l’éducation. En vain.

Les centrales syndicales, toutes sensibilités confondues, confrontées à l’inflation galopante et à la dégradation des conditions de vie des travailleurs, des associations de consommateurs, les citoyens de manière générale n’arrivent pas à trouver le moment, le lieu, l’interlocuteur et les modalités appropriés pour expliquer leurs propositions de défense ou d’amélioration du pouvoir d’achat des Sénégalais et les mesures susceptibles de mettre un terme aux pratiques néfastes de corruption et de spéculation, visant notamment les modalités d’application de la loi sur «la concurrence et les pratiques déloyales».

L’Etat prétend injecter 40 % du budget national dans le secteur de l’éducation, ce que des organisations d’enseignants contestent. Tout le monde, il faut le dire, s’interroge sur la véracité de cette assertion et, pire, personne ne constate les bons résultats que le pays est en droit d’attendre d’une telle dépense budgétaire. Périodiquement, l’année scolaire est sauvée in extrémis.
Pourquoi est-il si difficile au pouvoir de se concerter avec les acteurs concernés de l’école, de partager avec eux toutes les informations et de créer avec eux un système de suivi transparent capable de donner à une telle allocation de ressources l’efficacité et l’efficience requises ?

Des retraités demandent sans succès des journées d’étude sur leur situation et sur celle de leur institution, tandis que d’autres corporations attendent toujours la formalisation de leurs statuts (gardiens, gens de maison, etc.). Quant aux mutilés de guerre, en dépit de leurs multiples sacrifices consentis à la nation, leurs revendications demeurent insatisfaites.

La situation de « ni guerre ni paix » en Casamance préoccupe tous les Sénégalais de l’intérieur comme de l’extérieur, ainsi que toutes les forces politiques et sociales du pays. La démarche choisie aujourd’hui par le Chef de l’Etat est une vraie nébuleuse qui écarte certaines composantes de la nation, pourtant en mesure d’apporter d’utiles contributions, dans la transparence et le désintéressement, à la résolution définitive de cette tragédie. Mais, il se dégage l’impression fâcheuse que cette paix n’est pas une priorité et que c’est le pourrissement de la situation qui est recherché, pour on ne sait quelle raison obscure.

Des voix s’élèvent pour défendre la laïcité, pour exiger que l’Etat soit équitable dans ses relations avec les religions ou avec les confréries. Apparemment leur discours est mal reçu, par le pouvoir, qui ne leur accorde ni attention, ni considération.

Les médias publics sont plus que jamais monopolisés par le pouvoir d’Etat et, de ce fait, handicapés pour jouer leur rôle dans le traitement objectif des informations et dans la confrontation d’idées. Ce qui les prive donc d’une participation pleine et entière à la démocratisation de notre société, corollaire du dialogue politique, social et culturel, qui doit être permanent.

Des journalistes du secteur privé se voient agressés dans l’exercice de leur métier et conduits manu militari au tribunal, pour délit d’opinion ou plutôt pour crime de lèse- majesté.

Des intellectuels et écrivains qui éveillent et alertent l’opinion sur certaines tares du pouvoir (mal gouvernance, corruption, perte des valeurs, train de vie dispendieux des nouveaux parvenus, accaparement des biens publics) sont menacés de mort ou traînés devant les tribunaux.

Au niveau politique, c’est également l’impasse. Des partis politiques qui ont contesté la régularité de l’élection présidentielle sont considérés comme des parias par le pouvoir et ne mériteraient pas d’être ses interlocuteurs, puisqu’ils refusent d’être une opposition domestiquée. Et pourtant, ce n’est pas à Me WADE que l’on apprendra que des élections peuvent être contestées ni, qu’une fois le contentieux électoral judiciaire vidé- surtout de la manière que l’on sait- le contentieux politique peut persister et le Sénégal d’avant l’Alternance a souvent eu l’intelligence de lui trouver un traitement approprié.

Pourquoi cet autoritarisme du pouvoir quand notre histoire récente est si riche d’expériences qui ont montré, indubitablement, que le dialogue politique et social est indispensable à la bonne marche des sociétés, à la paix civile, à la stabilité du pays et au bon fonctionnement de la démocratie ?

Le Sénégal a connu, dans le passé, des concertations sectorielles avantageuses qui ont permis à l’Etat et aux acteurs politiques et sociaux de trouver des solutions, aux problèmes difficiles qui se posaient à des moments donnés, ou aux contentieux qui les opposaient. On peut citer par exemple les Etats Généraux de l’Education et de la Formation en 1981 ou les concertations qui ont donné lieu au Code électoral consensuel de 1992. En ces deux occasions, notre pays a su trouver le courage et la volonté de se regarder en face, d’identifier ses problèmes et de les affronter en trouvant des solutions consensuelles qui se sont révélées viables et même novatrices.

C’est à la lumière de ces expériences antérieures positives, face à la crise globale et multiforme que traverse le pays, que nous proposons la convocation d’Assises nationales, comme solution concertée de sortie de crise.

La conception de ces Assises s’est faite dans une démarche participative qui a associé différentes composantes de la nation qui, au cours de rencontres, ont échangé sur les problèmes du pays et sur la nécessité de leur trouver des solutions. Les présents termes de référence de ces Assises sont proposés afin de déterminer :

   les objectifs poursuivis,

   la composition des Assises,

   le cadre temporel et méthodologique,

   les thématiques,

   les conditions de mise en œuvre et de suivi.

I.   Les objectifs

Nous voulons, de façon pacifique, rassembler toutes les forces vives du pays, pour lui épargner des convulsions inutiles et ouvrir de meilleures perspectives pour le peuple. Nous parions sur l’intelligence, la sagacité, l’expertise et la détermination des Sénégalais. Il s’agit d’investir de l’intelligence, de l’énergie et de la volonté politique pour une voie rationnelle, responsable et civilisée afin que le Sénégal soit mis sur les rails de la paix civile, de la démocratie, du respect des valeurs républicaines, de la laïcité et du redressement de l’économie nationale. Il s’agit, en approfondissant les acquis démocratiques, en renforçant les droits et libertés, en consolidant le dialogue politique et social et en améliorant les conditions de vie de nos concitoyens, de recréer l’immense espoir suscité par l’Alternance de l’an 2000 et trahi par le pouvoir.

Ces Assises ne sont pas conçues par nous comme une conférence nationale souveraine déguisée. Il ne s’agit pas non plus d’une entreprise de subversion, ni d’un complot.

L’objectif général de ces Assises nationales est de trouver une solution consensuelle globale, efficace et durable à la grave crise multidimensionnelle (éthique, politique, économique, sociale et culturelle) qui sévit dans le pays.

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

   Faire l’état des lieux de la nation ;
   répondre, par des solutions appropriées, aux urgences et priorités (politiques, économiques, sociales, culturelles et sportives) du présent et du proche avenir ;
   bâtir un consensus dynamique sur les principes essentiels fondant une bonne gouvernance politique et un Etat de droit, une gouvernance économique de qualité, transparente et soucieuse des intérêts nationaux, une gouvernance sociale, culturelle et sportive basée sur des valeurs de progrès (travail, professionnalisme, culte de la performance, justice sociale, éthique, équité, solidarité) ;
   concevoir les mécanismes d’un dialogue périodique et pérenne au niveau politique, économique, social, culturel et sportif entre, d’une part, le pouvoir et l’opposition et, d’autre part, le pouvoir et les partenaires sociaux, afin de créer les conditions du développement du pays dans la paix civile, la stabilité et la sécurité.

II. Composition des Assises nationales

Autour des objectifs précités, les Assises seront un moment fort où la nation, dans toutes ses composantes, renoue avec le dialogue.

Les associations de la société civile, les partis politiques, les organisations patronales et d’opérateurs économiques, les organisations syndicales de travailleurs, les organisations évoluant dans le monde rural (agriculture, élevage, pêche, foresterie), le mouvement associatif, le mouvement sportif, les organisations professionnelles, les corps de métiers, les corporations, les personnes âgées, les associations de retraités, les autorités religieuses, les organisations de femmes, les mouvements de jeunes, les mouvements élève et étudiant, tout secteur organisé, des intellectuels de renom, des personnalités identifiées dont la liste serait arrêtée par consensus, tous sont conviés aux Assises.

Le pouvoir y est convié.

Les Sénégalais établis à l’étranger sont également invités à y participer.

Des représentants des organisations de la société civile africaine peuvent être invités à assister aux Assises comme observateurs pour s’enrichir de cette nouvelle expérience.

Les Chefs de missions diplomatiques représentées au Sénégal seront invités aux séances d’ouverture et de clôture des Assises.

Les invitations sont faites par le Comité national de pilotage des Assises qui définit les modalités d’enregistrement aux Assises.

III. Le cadre méthodologique et organisationnel

Le Comité national de pilotage (Cnp) est chargé de l’organisation des Assises. Il comprend trois commissions : une commission d’organisation, une commission scientifique et une commission de communication.

Le Cnp soumet, à l’assemblée générale des initiateurs qui décide, ses propositions de :
   Président des Assises qui doit être une personnalité d’envergure nationale, non partisane et au-dessus de tout soupçon.
   Mise en place des commissions thématiques
   Rapporteur général.
   Présidents des commissions.
   Rapporteurs des commissions.
   Constitution d’équipe pluridisciplinaire d’experts avérés sur certaines questions à traiter.
   Dates d’ouverture et de clôture des Assises.
   Chronogramme général des Assises.
   Locaux pour la tenue des Assises.
   Budget.
   Nombre de participants par organisation partie prenante.

IV. La thématique

Cette liste d’apparence exhaustive, quoique non limitative, ne correspond pas nécessairement aux thèmes des futures commissions de travail. Celles-ci détermineront elles-mêmes l’ordre des priorités, parmi les thèmes et sous-thèmes suggérés ci-après.

1°) - La gouvernance politique :

   La gouvernance institutionnelle :

•   le fonctionnement des institutions,
•   les rapports entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire,
•   l’indépendance du pouvoir judiciaire,
•   la nature du régime politique,
•   les organes de contrôle institutionnels et citoyens de la gestion de l’Etat et de ses démembrements,
•   l’évaluation des performances de l’administration et propositions de réforme.

   La gouvernance locale :
•   l’évaluation de la politique de décentralisation,
•   le renforcement de l’autonomie des collectivités locales,
•   la problématique d’une fonction publique locale.

   Le système démocratique :
•   le processus électoral,
•   le financement des partis politiques,
•   la moralisation de la vie publique,
•   la durée des mandats électifs,
•   le cumul des mandats, le cumul de mandat et de fonction.
   Le pluralisme médiatique :
•   la libéralisation du secteur de l’audiovisuel,
•   la régularité et la transparence dans l’attribution des fréquences,
•   la régulation du secteur médiatique,
•   le rôle des professionnels de l’information et de la communication dans la démocratisation du paysage médiatique.

   La garantie de l’exercice effectif des droits humains
•   l’effectivité de l’exercice des libertés constitutionnelles,
•   l’abrogation des dispositions liberticides du code pénal,
•   le renforcement des droits de la défense,
•   le respect des dispositions sur la durée de la détention préventive,
•   la protection contre les détentions arbitraires.

   La crise casamançaise
   La politique africaine
   La politique extérieure
   La définition d’un cadre d’expression de la citoyenneté participative

2°) - La gouvernance économique et financière :

   La bonne gouvernance et la transparence:
•   le droit à l’information économique, sociale et financière pour tout citoyen,
•   l’obligation de reddition des comptes pour toute structure publique,
•   la redéfinition de la place des corps de contrôle de l’Etat (Inspection Générale d’Etat, Cour des Comptes, Inspection Générale des Finances) et le renforcement de leurs pouvoirs,
•   la lutte contre la corruption,
•   les modalités d’un contrôle citoyen des décisions administratives et de la gestion des biens publics.

   Les orientations budgétaires :
•   l’équilibre budgétaire,
•   le train de vie de l’Etat,
•   la politique fiscale,
•   la dette (intérieure et extérieure),
•   les lois de règlement.

   Les questions économiques :
•   l’état des lieux,
•   la définition des secteurs économiques stratégiques,
•   la productivité et la compétitivité des entreprises,
•   la promotion des PME et des entreprises de services,
•   la place du capital national dans notre économie.
•   la question des investissements et de la création des emplois,
•   le financement de l’entreprise,
•   la situation du tissu industriel national,
•   la politique énergétique,
•   la politique touristique,
•   le secteur non structuré,
•   la balance commerciale,
•   les rapports économiques avec les pays de l’UEMOA, de la CEDEAO, et des autres organismes sous-régionaux du continent africain,
•   la place du Sénégal à l’OMC et aux ACP,
•   les rapports commerciaux avec l’U.E., les U.S.A, la Chine, l’Inde, le Maroc et les pays du Golfe Arabo-persique,
•   la position du Sénégal face aux Accords de Partenariat Economique (APE).

3°) – La gouvernance sociale :

   L’accès aux services sociaux de base :
•   l’approvisionnement en eau potable,
•   l’expansion de l’électrification rurale,
•   la fourniture correcte en électricité dans les centres urbains,
•   l’assainissement,
•   l’accès aux soins de qualité,
•   la scolarisation pour tous.

   La condition des travailleurs :
•   la sécurité sociale, l’assurance maladie, les mutuelles de santé,
•   la valorisation du travail salarié et du travail non salarié,
•   la promotion de l’emploi décent,
•   le pouvoir d’achat,
•   les institutions de prévoyance,
•   la généralisation et l’actualisation des conventions collectives professionnelles,
•   l’actualisation de la convention nationale inter professionnelle.

   L’accès au logement :
•   la politique d’habitat social,
•   le soutien aux coopératives d’habitat,
•   la lutte contre la spéculation foncière et immobilière,
•   la lutte contre la surenchère sur les loyers.

   Les infrastructures et le transport :
•   l’amélioration de la mobilité,
•   le désenclavement des zones et régions périphériques,
•   la réorganisation du transport urbain et inter urbain,
•   la sécurisation et la diversification de l’offre de transport.

      La solidarité avec les couches vulnérables :
•   la discrimination positive en faveur des handicapés,
•   la protection de la petite enfance,
•   la lutte contre l’exclusion, les précarités et la pauvreté,
•   l’assistance aux grands malades,
•   les mutilés de guerre.

4°) – Le monde rural et le secteur primaire en général :

      l’état des lieux du secteur primaire,
   l’évaluation des contraintes au développement du secteur primaire,
   le financement du secteur primaire,
   la réhabilitation de l’agriculture, de l’élevage, de la forêt et de la pêche,
   la mise en place de circuits de distribution et de commercialisation,
   la promotion des unités industrielles de transformation des produits,
   la protection des ressources halieutiques,
   la sécurité alimentaire,
   la création de pôles économiques de développement en zone rurale.

5°) – L’éducation et la formation :

   l’état des lieux de la politique d’éducation et de formation,
   la généralisation de la scolarisation,
   la réhabilitation de l’Ecole publique,
   la restructuration de l’enseignement privé,
   l’introduction des langues nationales dans le système éducatif,
   l’introduction de l’apprentissage dans le système éducatif,
   la politique de formation professionnelle et technique,
   la définition d’une carte universitaire nationale,
   la revalorisation de la fonction enseignante,
   la promotion de la recherche fondamentale et appliquée.

6°) – La santé :

   l’accessibilité géographique et financière des soins de santé de qualité,
   la redéfinition de la pyramide sanitaire (de la case de santé à l’hôpital),
   la promotion de l’assurance- maladie universelle et de la mutualité,
   la réforme des systèmes et cadres de gestion des établissements sanitaires,
   l’évaluation des performances des programmes nationaux de santé,
   la prévention et la protection contre les maladies endémo-épidémiques,
   questions liées au statut du personnel.

7°) –La culture :

   la promotion des langues nationales
   la valorisation du patrimoine historique et culturel national,
   la protection de la diversité culturelle,
   la promotion des industries culturelles,
   le soutien à la créativité intellectuelle et artistique,
   la défense et le développement des valeurs culturelles africaines.

8°) – La jeunesse, l’emploi et l’insertion socioprofessionnelle :

      l’état des lieux des politiques de jeunesse et d’emploi,
   l’analyse de la situation des jeunes,
   l’identification des obstacles à l’épanouissement des jeunes,
   la définition d’une politique hardie de création d’emplois
   l’implication des entreprises dans la politique de création d’emplois,
   la formation complémentaire pour les jeunes en quête d’emploi,
      le système de financement des projets de jeunes

9°) – La dimension genre et la promotion de la femme :

   l’état des lieux des politiques et programmes destinés aux femmes,
   l’analyse de la situation de la femme,
   l’identification des obstacles à la promotion de la femme,
   la généralisation de l’égalité de genre,
   le financement des entreprises initiées par des femmes,
   la répression des violences faites aux femmes.

10°) – La situation des personnes âgées :

   l’état des lieux des politiques destinées aux personnes âgées,
   l’analyse de la situation des personnes âgées,
   l’identification des obstacles à la promotion des personnes âgées,
   la revalorisation du rôle des personnes âgées dans la société,
      la création de structures de prise en charge des personnes âgées,

11°) – Le problème des migrations :

   la concertation avec les pays d’accueil sur la question des migrations,
   l’émigration clandestine,
   la défense des droits des émigrés dans les pays d’accueil,
   la gestion des flux financiers générés par les émigrés et leur insertion dans la vie économique nationale,
   la représentation des émigrés dans les structures de l’Etat.

12°) – Le défi écologique (environnement et développement durable) :

   la protection des écosystèmes et la lutte contre la sécheresse et la désertification,
   la préservation de la biodiversité,
   l’émergence d’une conscience écologique et la participation à la construction d’une gouvernance mondiale de l’environnement,
   la réhabilitation de notre patrimoine forestier,
      le repeuplement des parcs et réserves,
   la protection des aires marines, des zones maritimes et côtières,
   la prévention du risque industriel et des catastrophes naturelles,
   la gestion des ordures et déchets,
   la question des énergies renouvelables.

13°) – Les questions liées aux sports :

   l’élaboration d’une nouvelle charte sportive,
   le développement et l’encadrement des sports de masse,
   la mise en place d’un cadre favorable à la pratique du sport d’élite,
   la réalisation d’infrastructures pour tous les sports.

14°) – Les questions liées à l’éthique, aux comportements et aux valeurs.

V. Conclusions, recommandations et mise en œuvre

Principes directeurs pour un bon déroulement des Assises :
   Privilégier un dialogue débarrassé de tout préjugé et de tout présupposé.
   Faire du consensus le seul mode de prise de décision.

Les conclusions auxquelles aboutiront ces Assises nationales créeront les conditions d’une synergie capable d’impulser une dynamique nouvelle dans notre pays.

Pour y parvenir :
   il sera mis en place une commission de synthèse, de suivi, de mise en œuvre et d’évaluation des conclusions, commission dont la composition reflètera la diversité des acteurs ;
   les participants doivent accepter que les conclusions consensuelles de même que les recommandations qui en seront issues s’imposent à tous et engagent chacun ; elles feront l’objet d’une campagne de vulgarisation de masse ;
   les mécanismes de mise en œuvre des conclusions et des recommandations sont définis par les participants.

Posté par ramaka à 17:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 septembre 2007

Naufrage du Joola : Devoir de Mémoire

MONSEIGNEUR THÉODORE ADRIEN SARR AU CIMETIÈRE SAINT-LAZARE: «Nous n'avons pas oublié; nous ne pouvons pas oublier, nous ne devons pas oublier»

 

clip_image002

Ces propos de Monseigneur Théodore Adrien Sarr, Archevêque de Dakar, hier mardi après-midi, au Mausolée érigé au Cimetière Saint-Lazare en hommage aux disparus du naufrage du Joola, résument le désarroi actuel dans laquelle se sentent les familles des victimes du drame : l'oubli qu'on veut leur imposer. Cinq ans après l'événement, les familles ont une amertume aussi immense qu'une mer. La cérémonie de dépôt de gerbe n'a pas laissé froides les personnes présentes, même si elle a laissé froid dans le dos.

Une cérémonie empreinte de solennité, où étaient présents aussi bien les parents, alliés et amis des victimes que les personnalités diplomatiques, poltico-administratives, religieuses et médiatiques. Au cimetière Saint-Lazare de Béthanie à Dakar, le Mausolée érigé à la mémoire des naufragés du "Joola" a servi de cadre pour cette cérémonie.

Ce Mausolée, de forme circulaire, suggère un fragment de navire avec un mat en forme de croix à la branche horizontale en croissant lunaire : la croix des catholiques et le croissant de lune des musulmans. Les noms des disparus sont inscrits Quatre pans de granit où à l’intérieur de quatre (4) pans de granit représentant les 4 coins cardinaux d'où venaient les victimes, avec des panneaux vitrés plongeant dans l’eau et rappelant la tragédie. Près de 2.000 morts et disparus, cette nuit du 26 au 27 septembre 2002... En dépit de 80% des indemnités versées aux ayants droit des victimes, le souvenir reste vivace, même si les familles ont l'impression amère d'une mer d'oubli dont les vagues sont en train d'être formées par l'État sénégalais.

Justement, l'allocution de l'Archevêque de Dakar met l'accent sur ce nouveau crime qu'est l'oubli qu'on a tendance à imposer à ce drame. Trois (3) vers préliminaires, pour ce discours engagé de Mgr Théodore Adrien Sarr : «Nous n'avons pas oublié; nous ne pouvons pas oublier; nous ne devons pas oublier». Et le prélat classifie correctement les trois niveaux d'amnésie relative à ce drame : «nous n'avons pas oublié le bien triste (...) drame qu'a constitué le disparition si brutale de tant d'enfants, jeunes et adultes (...) au point que chaque année nous organisons des cérémonies commémoratives, à Ziguinchor et à Dakar...», fut son premier constat.

Le deuxième degré d'amnésie n'est pas moins important : «nous ne pouvons pas oublier le drame (...) d'une part, sa brutalité, sa nature et ses dimensions ont frappé si profondément nos esprits et nos coeurs que ses impacts ne peuvent et ne pourront si vite s'effacer, d'autre part, ses conséquences néfastes s'imposent et continueront de s'imposer à nos consciences (...) Comment oublier tous ceux et celles ... dont les corps reposent quelque part dans les profondeurs de l'océan?» Et le troisième régistre, l'Archevêque l'évoque et invoque la conscience collective : «nous ne devons pas oublier une telle tragédie, tant elle a engagé des responsabilités humaines... Le naufrage du bâteau "Le Joola" est à imputer à des carences de notre société.

L'oublier ou chercher à l'oublier équivaut à nous dérober, équivaut surtout à laisser les mêmes causes continuer de produire les mêmes effets. L'accomplissement du devoir de mémoire s'impose à nous, non pas tant pour raviver blessures et souffrances, mais pour accueillir les leçons du drame, et nous engager courageusement sur le chemin des changements de mentalités et de conduites». Monseigneur Théodore Adrien Sarr termine son discours par une prière à Dieu pour qu'il nous aide «à nous engager généreusement sur la voie de la réparation des dommages du naufrage... et dans la voie de la prévention de toute catastrophe similaire sur nos routes, sur nos côtes, dans notre espace aérien».

La cérémonie était conduite avec l'animation, d'une part, de la chorale Notre Dame de Ouakam sous la direction de Sylvain Bathio, d'autre part, de la fanfare combinée de Saint-Louis et de Kaolack, dirigée par l'Adjudant Cissokho. Outre la présence des ministres Bacar Dia, de l'information, porte-parole du gouvernement, et Christian Sina Diatta, des hydrocarbures et des énergies renovelables, la cérémonie a été réhaussée dans son caractère de communion et de collégialité par la bénédiction physique et spirituelle de Serigne El Hadj Mountaga Tall, de la famille omarienne. On ne peut finir d'en parler sans mettre la réaction vive de Nadine Verschatse de l'Association des Familles de Victimes de France qui s'est offusqué de l'absence de Me Abdoulaye Wade à une aussi solennelle cérémonie.


Patrick Lin Gérard DJOSSOU

 

Posté par ramaka à 14:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Affaire Sankara: La Campagne Internationale

Merci de diffuser et signer largement la pétition de

la Campagne Internationale

Justice pour Sankara, à l'occasion de la vingtième commémoration.
Si possible centraliser l'info auprès des responsables des événements nationaux ainsi que des périples de la caravane.
Merci de nous aviser à admin@grila.org après le 15 octobre afin que l'on puisse collecter les listes signées.

 Reconnaissantes salutations.
Coordination CIJS

 

 13254163

 

Affaire Sankara : Soutenons notre victoire contre l’impunité

Nous, soussignés, félicitons le comité des droits de l’Homme des Nations Unies de ses recommandations ci-après et l’encourageons à les faire respecter par l’Etat partie Burkina Faso.

«La famille de Thomas Sankara a le droit de connaître les circonstances de sa mort (…) Le Comité considère que le refus de mener une enquête sur la mort de Thomas Sankara, la non-reconnaissance officielle du lieu de sa dépouille, et la non rectification de Pacte de décès constituent un traitement inhumain à l'égard de Mme Sankara et ses fils, contraire à l'article 7 du Pacte».

«En vertu du paragraphe 3 a) de l’article 2 du Pacte, 1'Etat partie est tenu d'assurer un recours utile et effectif à Mme Sankara et ses fils consistant notamment en une reconnaissance officielle du lieu de sépulture de Thomas Sankara, et une indemnisation pour l'angoisse que la famille a subie»

«L'Etat partie n'a pu expliquer les retards en question et sur ce point, le Comite considère que, contrairement aux arguments de I'Etat partie, aucune prescription ne saurait rendre caduque l’action devant le juge militaire, et dès lors la non-dénonciation de 1'affaire- auprès du Ministre de la défense revient au Procureur, seul habilité à le faire.  Le Comité considère que cette inaction depuis 2001, et ce, en dépit des divers recours introduits depuis par les auteurs, constitue une violation…»

Solidaires du peuple burkinabé nous demandons que son régime respecte intégralement  la décision onusienne et permette enfin une complète réconciliation nationale.

Nom               Signature                                                                                Adresse

 

Posté par ramaka à 13:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]